Fédération Française de Parachutisme » Dossier de presse : Championnats de France de parachutisme sportif à Vichy (03) du 04 au 13 août 2017

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Dossier de presse : Championnats de France de parachutisme sportif à Vichy (03) du 04 au 13 août 2017

31 juil. 2017 - Championnats de France    | Espace presse   

La Fédération Française de Parachutisme (FFP) organise, du 04 au 13 août 2017, les 60es championnats de France de parachutisme sportif sur l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03). Ce site, connu et apprécié des athlètes, de l’organisation et des équipes techniques, accueille depuis 2010 cette grande compétition nationale.

Les championnats de France toutes disciplines de la FFP constituent une magnifique vitrine pour le parachutisme sportif. Le temps d’une semaine, la quasi-totalité des disciplines sous voile (Voile Contact, Précision d’Atterrissage, Vol Ascensionnel) et de chute libre (Vol Relatif, Freestyle, Freefly, Voltige, handiparachutisme) cohabitent sur un même événement et auront, chacune, leur épreuve dédiée à Vichy. Seuls le Vol Relatif en Soufflerie et le Pilotage Sous Voile ont vu ou voient leur championnat de France se dérouler indépendamment, respectivement à Lille (25 et 26 mars) et Orléans (08 au 10 septembre), en 2017.

De la promotion et du sportif
Le public de Vichy apprécie tout particulièrement la Précision d’Atterrissage où les concurrents tentent d’atteindre le centre d’une cible posée au sol après avoir été largués à 1000 mètres d’altitude. Dans chaque épreuve, la compétition regroupe les parachutistes qualifiés dans le cadre du circuit «Coupe de France» (2 ou 3 étapes selon les disciplines) .

Un début d’année sur les chapeaux de roues
Le début d’année 2017 a été marqué par plusieurs évènements majeurs pour la Fédération Française de Parachutisme. Le 11 mars dernier, la FFP organisait son Assemblée Générale annuelle qui a permis l’élection du nouveau Bureau Directeur et Comité Directeur par les représentants de la fédération pour les quatre prochaines années. C’est ainsi qu’après deux mandats, Marie-Claude Feydeau passait le témoin à une nouvelle équipe, sans toutefois s’en éloigner. En effet, une seule liste s’était présentée pour ces élections fédérales, avec en tête de liste David Roth, désormais épaulé par Marie-Claude Feydeau, Vice-Présidente, Jean-Louis Ganaye, Secrétaire Général, et Christine Blondeau, Trésorière.

Le nouveau Bureau Directeur, dans la même volonté que ses prédécesseurs, a souhaité solidifier les relations avec la Ville de Vichy et l’Office de Tourisme et du Thermalisme de Vichy au travers d’une convention. Cet accord permettra l’organisation des Championnats de France, voire d’un championnat International, à Vichy, durant les quatre prochaines années. Vichy s’impose comme un partenaire de poids, grâce à ses infrastructures, gages de confort et de performances pour les athlètes. Ce partenariat donne également à la FFP la possibilité d’assurer les conditions de pratique optimales pour ses licenciés.

Cette convention vient donc renforcer les liens qui existent entre la FFP, la Ville de Vichy et l’Office du Tourisme et du Thermalisme.

Les Juges des Championnats de France de parachutisme 2017

Techniciens, bénévoles, juges, pilotes, personnel de la FFP…, ce sont près de 100 personnes qui vont permettre le bon déroulement de cet événement majeur dans le monde parachutiste français. Ainsi tout sera prêt pour assurer les 60èmes Championnats de France de très haut niveau, rien n’étant laissé au hasard.

Les disciplines sportives du parachutisme en compétition :

1 – LES DISCIPLINES SOUS VOILE

La Précision d’Atterrissage (PA)
Épreuve combinée avec la Voltige en compétition
La Précision d’Atterrissage est une discipline d’adresse où la technique de pilotage de la voile est prépondérante. Largué à 1.000 mètres d’altitude, le parachutiste, évoluant voile ouverte, doit, avec le talon, toucher «le carreau», une cible de 2 centimètres placée au centre d’un disque électronique de 32 centimètres de diamètre ,disposé sur une plateforme souple, généralement en mousse. La performance est mesurée entre 20 mètres et électroniquement jusqu’à 17 centimètres.

Voile contact séquence à 2
Il consiste en un enchaînement imposé de 5 figures tirées au sort. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 1 minute.
Cette discipline s’exécute «voile ouverte», par équipe de 2 parachutistes, avec un vidéo-man pour enregistrer les figures, après largage à 2.000 mètres d’altitude. Les compétiteurs ouvrent leur parachute dès la sortie de l’avion et réalisent ensuite, le plus rapidement possible, des séquences de figures tirées au sort, en accrochant avec leurs pieds les voiles de leurs équipiers.

Voile contact séquence à 4
La discipline est similaire au voile contact séquence à 2, mais réalisée par 4 parachutistes et un vidéo-man. Les parachutistes réalisent un enchaînement imposé de 4 ou 5 figures tirées au sort. Au cours de ces évolutions, ils pourront être amenés à voler en individuel, en binôme ou trinôme. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 2 minutes.

Pilotage sous voile (Canopy piloting)
Cette discipline, reconnue depuis 2002 par la FAI, a été, en 2013, officialisée  comme discipline de haut niveau par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Le Canopy piloting demande une très grande maîtrise du parachutisme et du pilotage sous voile. Un brevet spécifique est exigé par la FFP pour sa pratique. Les voiles utilisées sont des voiles tri-cellulaires très performantes avec des profils très fins pour augmenter la vitesse sur trajectoire. Elles permettent de transférer une vitesse de chute verticale en vitesse de vol horizontal.

En compétition, quatre titres sont décernés (vitesse, précision, distance et combiné) jugés à partir de trois épreuves :

  • La vitesse, qui consiste à passer entre deux cellules de détection placées près du sol,
  • La précision où le parachutiste, en vol horizontal proche du sol, doit se poser au centre d’une cible de 2 mètres par 2
  • La distance parcourue en vol horizontal après avoir touché l’eau au centre du bassin matérialisé par deux bouées.

Lors des compétitions, une pièce d’eau de forme rectangulaire, longue, étroite et peu profonde, est aménagée pour diminuer le risque de choc accidentel avec le sol. Cette discipline, récente, connaît un engouement de la part du public du fait de son côté spectaculaire, visible du sol, à proximité de l’épreuve.

2 – LA CHUTE LIBRE

Vol Relatif à 4 ou VR4
Cette discipline se pratique en chute libre, en position horizontale dite «à plat», en équipe de 4 compétiteurs accompagnés par un vidéo-man, avec un largué à 4.000 mètres d’altitude. Les quatre parachutistes doivent effectuer, en 35 secondes, une suite de figures imposées, tirées au sort avant chaque compétition. Ceci exige une bonne technique individuelle en chute libre adaptée à celle des partenaires. Les seuls critères de jugement sont la technicité et la rapidité d’exécution. Les points ne sont validés que s’ils sont visibles sur la vidéo. Chaque figure correctement exécutée vaut 1 point.

Vol Relatif à 8 ou VR8
Le VR8 se pratique comme le VR4. 8 parachutistes et un vidéo-man largués à 4.000 mètres ont 50 secondes pour effectuer leurs figures.

Freefly
Le Freefly consiste à réaliser des figures durant 45 secondes en utilisant les trois dimensions de la chute libre après largage à 4.000 mètres d’altitude. Une équipe de freefly est constituée de deux performers et d’un vidéo-man.
Les freeflyers évoluent tête en bas, debout ou assis, en volant à proximité l’un de l’autre dans 3 axes, horizontal, vertical, diagonal. Le Freefly comporte deux parties :
les enchaînements imposés, les enchaînements libres.

Lors des enchaînements libres, les juges notent la technique –difficulté, technique du mouvement, précision, travail d’équipe– et la présentation artistique –attrait visuel, originalité, composition, travail d’équipe-. Pour les enchaînements imposés, les juges notent la présentation et la technique pour chacune des quatre séquences imposées. 

Freestyle
Le Freestyle est un enchaînement de figures artistiques issues de la gymnastique. Les sauts s’effectuent à deux : un performer et un vidéo-man. Comme pour le Freefly, le largage a lieu à 4.000 mètres et les compétiteurs ont 45 secondes pour effectuer leurs figures. Basée sur des figures imposées, telles que le salto tendu, ou sur des figures libres, la chorégraphie du saut laisse place à la créativité du parachutiste avec des mouvements en 3D. Les juges évaluent la difficulté technique, l’exécution des mouvements et prennent également en compte les qualités artistiques et de prises de vues. Une compétition comprend des sauts de figures imposées et des sauts de programme libre. Dans ces deux disciplines, Freefly et Freestyle, le rôle du vidéo-man est prépondérant, voire encore plus important que dans les autres disciplines.

La Voltige
La Voltige, comme la Précision d’Atterrissage, est une discipline historique. Le parachutiste, largué à une altitude de 2.200 mètres, doit exécuter le plus rapidement possible un enchaînement de 6 figures. Le jugement est effectué à partir d’une vidéo réalisée au sol. Les juges notent  le respect des figures, tirées au sort ,sur les 3 axes : tour à droite, tour à gauche, salto.

Le parachutisme ascensionnel

Le parachutisme ascensionnel consiste en un décollage sous parachute, sous voile, tracté par un véhicule à moteur, une automobile ou un treuil. Le parachutiste peut monter à une altitude correspondant au tiers de la longueur du câble de traction ; la descente s’effectuant dès la fin de la traction. Il peut aussi y avoir libération du parachutiste qui peut ainsi évoluer librement, s’il possède son brevet de de l’ascensionnel est de plus en plus utilisée pour l’entrainement en Précision d’Atterrissage, notamment parachutisme. A la manière des oiseaux, le parachutiste profite des courants ascensionnels pour prendre de l’altitude. La pratique par les équipes de France qui peuvent ainsi multiplier les vols, à moindre coût. La pratique de l’ascensionnel dérive de la pratique du parachutisme sportif.

La pratique
On peut utiliser presque tous les types de voiles, voiles de saut ou ailes de parapente. L’équipement nécessaire pour pratiquer l’ascensionnel est assez simple, il s’agit soit d’un véhicule tracteur soit d’un treuil avec dévidoir.
De fait, il n’y a pas la nécessité de pratiquer le parachutisme ascensionnel sur un aérodrome agréé, l’altitude de largage ne dépassant pas 400 mètres.
Le décollage est soumis à une contrainte : il doit être effectué dans l’axe du vent et face à lui. Un vent léger facilite le décollage, mais il ne doit pas excéder 12 nœuds.
Une fois l’altitude atteinte, dénommée «apogée», le parachutiste, après libération du câble à l’altitude, manœuvre sa voile et redescend comme dans un saut classique en parachute.

L’apprentissage est relativement simple et rapide
La découverte commence toujours par une formation théorique d’environ deux heures, effectuée en salle de cours. On y apprend la constitution d’un parachute, les obstacles sur le terrain, la navigation sous voile, et l’atterrissage au sol. Puis vient le temps du vol proprement dit avec des  formateurs, moniteurs et treuilleurs, dûment habilités.

Le parachutisme handisport

La Fédération Française de Parachutisme ouvre la pratique du parachutisme, depuis de très nombreuses années, aux personnes en situation de handicap. Elle a mis en place des qualifications «handicapés» auprès des Brevets d’États désireux de compléter leur titre professionnel. Elle a également signé une convention avec la Fédération Française Handisports.
Le saut «tandem» et, encore plus, le vol ascensionnel, proposé à celles et ceux qui sont désireux de découvrir le parachutisme, est parfaitement adapté aux personnes à mobilité réduite.
En 2013 et 2014, la FFP a organisé des stages «Parachutisme et Handicap» à l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03)  afin de mettre en lumière l’accessibilité de cette pratique aux personnes à mobilité réduite. La Fédération a d’ailleurs participé à la création d’un chariot ascensionnel qui leur offrira la possibilité de pouvoir aborder un futur de parachutiste autonome .

En 2014, un championnat de France para handisport a vu le jour, initiative unique à l’échelle mondiale. Il s’est poursuivi en 2015 et se déroule, à nouveau, en 2016, en même temps que les championnats de France des personnes valides, preuve que la Fédération accorde une attention particulière aux parachutistes handisport.

Le vol en soufflerie 

L’idée de pratiquer la chute libre indoor fut mise en pratique la première fois par l’armée américaine en 1964. A l’origine, ces simulateurs de chute libre avaient été conçus pour effectuer des tests aérodynamiques.  Deux souffleries sportives ouvrirent leurs portes en 1982 : la première à Las Vegas dans le Nevada et la deuxième à Pigeon Forge, Tennessee.

Le terme « soufflerie » désigne un simulateur de chute libre. Le principe est de générer de l’air grâce à de gros ventilateurs motorisés. Disposés en cercle en sous-sol, l’air est propulsé dans une chambre de compression et injecté dans une « veine d’air » appelée « espace de vol ». La soufflerie verticale permet de faire voler des personnes à quelques décimètres du sol en toute sécurité. Des variateurs de vitesse permettent d’adapter la vitesse du vent pouvant aller jusqu’à presque 300 km/h. Cette technologie est simple, sûre et efficace. Cet air reproduit exactement les sensations de la chute libre d’avion. Les parachutistes appellent la soufflerie le « Tunnel ». Pour rentrer dans la chambre de vol il faut se présenter à la porte et s’allonger sur l’air jusqu’à se sentir porté.
La Soufflerie offre de nombreux avantages, et notamment, pas de contraintes météorologiques, pas d’appréhension du vide donc pas de sensation de vertige et pas de « saut dans le vide » parfois très difficile à franchir, comme lors d’un saut d’avion par exemple. Pour pouvoir voler, il y a tout de même quelques consignes à respecter : avoir au minimum 8 ans, ne pas être enceinte de plus de trois mois et être en possession d’un certificat médical pour les plus de 60 ans.
En matière de parachutisme sportif, la soufflerie apporte de nouvelles solutions d’entrainement pour les disciplines en chute (Vol Relatif, Vol Relatif/Vertical, Freestyle, Freefly). Le sport en soufflerie peut se pratiquer individuellement ou par équipe. Des compétitions nationales telles que le championnat de France sont organisées chaque année. Depuis 2014 il existe également des compétitions internationales organisées par la FFP et en 2015, ont eu lieu les premiers championnats du monde. Le simulateur de chute libre est aussi un véritable outil pédagogique pour les parachutistes qui veulent se perfectionner dans tous les domaines en effectuent des séances intensives.

La soufflerie, axe de développement stratégique pour la FFP

Le vol en soufflerie est apparu en France, en 2003, avec l’ouverture de structures privées spécifiques, comme Weembi à Lilles. La Fédération Française de Parachutisme place, plus que jamais, le vol en soufflerie comme une discipline à part entière. Elle permet un accès, à partir de 5 ans, à la pratique du vol en simulateur. Le saut d’avion représente le parachutisme, la soufflerie, la simulation de la chute libre. Intégrée en milieu urbain, économique, accessible à un large public, facilement visible grâce aux parois vitrées, la soufflerie offre une palette d’avantages. Elle constitue une alternative de développement, qui permet d’entrevoir un bel avenir pour le parachutisme. Les championnats de France indoor se déroulaient les 25 et 26 mars derniers à la soufflerie Weembi (Lille-Lesquin), quant aux prochains championnats du monde, ils se tiendront au Canada, du 20 au 22 octobre 2017.

Les disciplines présentes EN championnat

Vol Relatif à 4 et Vol relatif à 8 Indoor
VR4 et VR8 Indoor
Chaque équipe de quatre ou huit parachutistes doit réaliser un maximum de fois une séquence de 5 ou 6 formations différentes en position horizontale dite «à plat». Le temps de travail, pour réaliser ces figures, est de 35 secondes pour les équipes à quatre, et de 50 secondes pour les équipes à huit. Le but de l’épreuve consiste pour l’équipe à réaliser le plus grand nombre possible de formations pendant le temps de travail.

Vol dynamique – Dynamic 2 way
Le Vol dynamique se caractérise par des équipes de deux parachutistes s’affrontant lors de duels artistiques et de vitesse. Au cours de ces confrontations, ils doivent réaliser des chorégraphies en perpétuel mouvement, dans l’espace en trois dimensions de la veine. Les positions de vol sont multiples. Qu’ils soient debout, allongés, tête en bas ou sur le dos, les compétiteurs se déplacent en permanence, avec une grande aisance. Lors des manches de vitesse, des pénalités sont données par les juges, si les trajectoires ne sont pas précises. L’équipe qui présente les figures, avec le minimum de temps, remporte le duel. Dans les manches artistiques, la chorégraphie est complètement imaginée par l’équipe. Elle est notée en fonction de différents critères, comme la technique, la synchronisation, la fluidité etc. La durée des manches artistiques en D2W est de 60 secondes. La catégorie beginner (débutant) est dotée d’un règlement simplifié, uniquement avec des manches imposées, les figures sont plus simples et moins nombreuses. Le championnat de France 2017 à Weembi constituera ainsi la première compétition indoor pour cette catégorie.

FreeStyle
La participation en freestyle Open est individuelle. Le compétiteur se présentera sur des manches de figures imposées et des manches libres. Les figures imposées sont souvent gymniques, avec la réalisation de plusieurs loops arrière par exemple. Les manches libres sont, quant à elles, imaginées par le compétiteur et peuvent se présenter avec un fond musical. La chorégraphie de l’athlète (1min) est alors synchronisée avec la musique, ce qui donne l’impression d’une véritable danse aérienne. Les notes de chaque manche sont additionnées pour déterminer le vainqueur de la compétition Freestyle.

Les Equipes de France de Parachutisme en 2017

2017 est une année charnière pour le parachutisme sportif, avec un certain nombre de championnats et coupes internationales qui s’insèrent entre deux années de championnats du monde. En 2016, les Championnats du monde ont eu lieu à Chicago. En 2018, ce sera l’Australie qui accueillera la compétition. L’équipe de France de Voile Contact à 4, mobilisée pour cette prochaine échéance mondiale, ne participera donc pas aux compétitions en 2017.

VOILE CONTACT
Entraîneur national : Jean-Michel POULET – École de Parachutisme Besançon Franche, Comté (25)
Voile Contact Équipe France A – Séquence à 2
Alexandra PETITJEAN – Para-club de Paris (75), Guillaume DUBOIS, David HUET – École de Parachutisme Besançon Franche-Comté (25).
Voile Contact Équipe France B – Séquence à 2
Adrien MERLEN – Para Club Sportif de Bitche (57), Benoît BAECKEROOT – Para Club de l’Indre (36), Magali BELGODERE, Rodolphe POURCELOT, École de Parachutisme Besançon Franche-Comté (25).
Voile Contact Equipe Relève – Séquence à 2
Anaïs MAILLET – Para Club de Paris  (75), Nicolas BARDIN – Asso Sportive de Para Universitaire (75).
Voile Contact Equipe Espoir – Séquence à 2
Elliot TOLLEMER – Sarl Savoie Parachutisme (73), Paul RAYMOND – Club Saumurois de Parachutisme (49), Forest GARREAU – Parachutisme Laval Centre École Mayenne (53).
Voile Contact Equipe France A – Séquence à 4 – Préparation Australie
Magali BELGODERE – Guillaume DUBOIS, David HUET, École de Parachutisme Besançon (25), Alexandra PETITJEAN – Para-Club de Paris (75),  Benoit BAECKEROOT – Para Club de l’Indre(36).

PRÉCISION D’ATTERRISSAGE & VOLTIGE
Entraîneur national : Pascal GHRISS – Parachutisme Tarbes Bigorre(65).
Précision d’Atterrissage / Voltige –  France A -Femme
Déborah FERRAND, Danielle MARQUEZ-FERRONI – Parachutisme Tarbes Bigorre (65), Stéphanie TEXIER – Skydive Center (05),  Marie MONATE – Eps Du Bassin D’Arcachon (33),
Léocadie OLLIVIER DE PURY – Parachute Club D’Aix (13), Pascale DUMARCET – Lac Parachutisme (31), Adeline DELECROIX, Para Club De Péronne (80).
Précision d’Atterrissage / Voltige – Homme
FRANCE A
Mohamed MOUJID – Ecole Des Troupes Aéroportées (64), Thomas JEANNEROT, Jean VIGNUALES – Centre Ecole Parachutisme Alsace (67), Sylvain FERRONI – Parachutisme Tarbes Bigorre (65),  Mathieu GUINDE – Parachute Club D’aix (13).
FRANCE B HOMMES
Olivier MENANTEAU, Ecole Des Troupes Aéroportées (64),  Raymond LAFFAILLE, François BARRIOT,  Parachutisme Tarbes Bigorre (65), Bruno LAUTARD, Parachute Club De Vannes Ploërmel (56)  Jean-Yves BOUILLAUD, Cercle Parachutiste De Nice (06).

VOL RELATIF
Entraîneur national : Mathieu BERNIER – Armor Parachutisme (22)
Vol Relatif Équipe France A – Féminin
Clémentine LE BOHEC – Amor Parachutisme (22), Pamela LISSAJOUX – C.e.r.p.s Maine et Val De Loire (49), Sophia PECOUT – Cercle Parachutiste de Nice (06),
Christine MALNIS – Cercle Parachutiste de Nice (06), Michel LAYNAUD (Vidéoman) – Parachute Club d’Annecy (74)
Vol Relatif Équipe France A – Open
Charles ROMMEL – Para Groupe Jean Bart De Dunkerque (59), Kevin MANSION – Amor Parachutisme (22), Laurence HERVE – Cercle Parachutiste de Nice (06),
Damien GOURIOU – Amor Parachutisme (22), Eric CADIOU (Videoman) – École Française de Parachutisme Le Blanc  (36)

PILOTAGE SOUS VOILE
Entraîneur national: Philippe SCHORNO , France Parachutisme (05)
PSV – Équipe France
Éric PHILIPPE – Cerps de Tallard (05), Cédric VEIGA RIOS – Armor Parachutisme (22), Julien GUIHO – Avignon Parachutisme Sc420 (84)
PSV – Équipe Relève
Kevin TECHER, P.c. de Bourbon/c.e.p. de la Réunion (97), Nicolas COADIC,
Armor Parachutisme (22)

DISCIPLINES ARTISTIQUES
Entraîneur national : Sébastien CHAMBET , Armor Parachutisme (22)
Freefly – Équipe France 1
Gregory CROZIER – Cercle Parachutiste de Nice (06), Karine JOLY – Cercle Parachutiste de Nice (06), Baptiste WELSCH (Videoman) – Armor Parachutisme (22)
Freefly – Équipe France 2
Vincent COTTE – École de Parachutisme de Lyon-Corbas (69), Yohann ABY – Armor Parachutisme (22), Jim GARES
Freestyle – Équipe France 1
Loïc PERROUIN – C.p.s. d’Ille et Vilaine (35), Pierre RABUEL – C.p.s. d’Ille et Vilaine (35)

Fédération Française de Parachutisme
62 rue de Fécamp 75012 Paris
Tél : 01 53 46 68 68 www.ffp.asso.fr

Contacts presse :
Phoebus Communication – 06 15 15 63 20
phoebus-communication@orange.fr

Télécharger (PDF, 6.72MB)



À lire également

derniers articles