Fédération Française de Parachutisme » [ZOOM SUR : L’équipe de France en Vol Relatif à 8 au challenge international VR8]

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

[ZOOM SUR : L’équipe de France en Vol Relatif à 8 au challenge international VR8]

20 avril 2019 - Championnat du Monde    | WhoIsWho   

Six équipes s’affrontaient dans le Challenge en Vol Relatif à 8. Malgré le peu de temps d’entraînement de ce collectif, Damien Gouriou, Kevin Mansion, Martial Ferré, Alban Rumolo, Pamela Lissajoux, Aurélien Lemaire, Charles Rommel et Gaëlle Giesen ont rivalisé avec les meilleurs mondiaux. Ce groupe est l’ossature de la prochaine équipe de France de saut d’avion, en vue du prochain championnat du monde, en 2020. Martial Ferré, ancien champion du monde, est venu coacher et structurer ce nouveau collectif, en appui de l’entraîneur national, Mathieu Bernier. Ce premier championnat du monde de vol en soufflerie, en France, auquel était agrégé le Challenge VR8, était donc l’occasion idéale pour poser le socle d’une nouvelle équipe de France de VR8.

Martial Ferré, dont l’engagement pour le développement du parachutisme est largement reconnu, a proposé à la Fédération Française de Parachutisme de créer une équipe de VR8 indoor pour participer à cette compétition, en parallèle du wisc2019. David Roth et Jean-Michel Poulet, séduits par cette détermination, ont jugé pertinent de permettre à ces compétiteurs d’engranger de l’expérience avant les sauts d’avion et de mettre le pied à l’étrier à Alban et à Damien, issus du VR4.

Après 3 jours de préparation, début février, et malgré l’absence de Paméla sur certaines dates, les 3 heures ½ de vol en commun ont été une première base. Une semaine à Weembi, au rythme d’une heure et demi par jour pendant 5 jours, a finalisé l’acquisition de tout le programme à 8. « Et là » sourit Martial, « je me suis rendu compte que j’avais une Formule 1 entre les mains !! ». Il avait raison ! Les concurrents ont été déroutés car ils ont été accrochés dès le début, y compris les américains, très expérimentés avec certains compétiteurs qui sont des légendes vivantes, surtout sur les vitesses des clefs. Mais le VR8 France a pris des points sur les manches les plus rapides, tout en ayant bien moins d’heures d’entrainement.

Ce groupe a une énorme cohésion et possède un vrai beau potentiel. « Sauf Alban -dont le papa volait avec Martial !!-, nous nous sommes toujours croisés dans d’autres équipes de France » évoquent d’une même voix Damien, Kevin, Pamela, Aurélien, Charles et Gaëlle. « Chaque talent individuel s’est alors mis au service du collectif pour transformer les entraînements en automatismes. Le VR4 est très différent du VR8 ; plus en contrôle mais exigeant, aussi, une confiance encore plus absolue dans ce que font tous les co-équipiers, surtout lors de chaque nouvelle clef ». La soufflerie, en ce sens, apporte de vraies références pour aller toujours plus vite. Même si les sauts d’avion induisent de nouveaux calages, avec des entraînements qui reprendront mi-mai, l’équipe aura réalisé sur ce challenge un exceptionnel vol à 47 – 3 points, c’est-à-dire presque une figure par seconde.

En soufflerie, les records sont plus élevés car les athlètes sont directement en vitesse terminale. L’enjeu possible pourrait être, par la suite, d’avoir une équipe de VR8 France capable de rivaliser avec l’équipe professionnelle Russe -qui s’entraîne 15 jours par mois grâce à un sponsor privé-, en 2020 ; mais, aussi, avec les USA et le Qatar. En ce sens, la soufflerie apporte une possibilité de progression vers un très haut niveau mondial grâce à un gros volume d’heures, en créant les visualisations nécessaires pour ancrer les figures.

Damien Gouriou, Kevin Mansion, Martial Ferré, Alban Rumolo, Pamela Lissajoux, Aurélien Lemaire, Charles Rommel et Gaëlle Giesen étaient venus avec un objectif de podium. Mais, aussi, pour se faire plaisir en maîtrisant les figures. Ils auront fait beaucoup plus en remportant 3 manches face aux américains et, surtout, la médaille d’argent de ce challenge international wisc2019. « Nous sommes très fiers et très contents de ce que nous avons fait jusqu’ici. C’était un sacré pari. Nous sommes motivés pour continuer sur les mois à venir, prouver notre envie et notre engagement, ramener la France au plus haut niveau mondial dans cette discipline qu’elle a longtemps fait briller ».

Crédit photo : 189.Photography