Fédération Française de Parachutisme » Dossier de presse – Vol en soufflerie

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Dossier de presse – Vol en soufflerie

30 oct. 2018 - Compétitions internationales    | Flyin2024    | Haut Niveau   

1. LA SOUFFLERIE

A. Un peu d’histoire

Les souffleries horizontales furent inventées pour étudier les effets de l’écoulement d’air sur le corps, dès 1800.  Avec le développement de l’aéronautique militaire, à partir de 1910, et après la première guerre mondiale, les grandes nations se sont mises à construire des souffleries d’une taille de plus en plus importante. C’est en 1964, sur la base aérienne de Wright-Patterson, située à Greene, aux Etats-Unis, que Jack Tiffany fut le premier homme à voler, dans un tunnel à vent vertical. La première soufflerie verticale, construite uniquement pour un usage commercial, a ouvert ses portes à l’été 1982 à Las Vegas et la première soufflerie  à usage sportif  a vu le jour à Orlando, en Floride, quelques années après. A l’aube du 21ème siècle, le développement des souffleries s’est intensifié, puis a explosé à la fin des années 2000.

B. La soufflerie aujourd’hui, en France et dans le monde

En janvier 2019 on comptait 160 souffleries en activité dans le monde, 36 en construction et 78 annoncées

Liste des souffleries en France 

Souffleries ouvertes : 
Aerokart à Argenteuil (95), ouverte en 2002, technologie: Custom Built
FlyZone à Lézignan-Corbières (11), ouverte en 2012, technologie : Custom Built
AirFly à Touffreville (14), ouverte en 2015, technologie : Tornado
Flydust aux Sables d’Olonnes (85), ouverte en 2016, technologie : Tornado
iFLY Lyon à Saint-Priest (69), ouverte en 2016, technologie : SkyVenture
iFLY Paris à Paris (75), ouverte en 2016, technologie : SkyVenture
On’Air Soufflerie à Tallard (05), ouverte en 2016, technologie : Custom Built
Sky Circus Simulateur, à Champforgeuil (71), ouverte en 2016, technologie : Tornado
Weembi à  Lesquin (59), ouverte en 2016, technologie : Strojirna Litvinov
Airfly64 à Saint-Pierre-d’Irube (64), ouverte en 2017, technologie : Tornado
Twistair à Montpellier (34), ouverte en 2017, technologie : Tornado
Volomax à Pujaut (30), ouverte en 2017, technologie : Tornado
Airfly Bretagne à La Mézière (35), ouverte en 2018, technologie : Tornado
Anti-Gravity à Limoges-Fourches (77), ouverte en 2018, technologie : Tornado
FlyZone2 à Labège (31), ouverte en 2018, technologie : Tornado
VenturiZone à Gujan-Mestras (33), ouverte en 2018, technologie : Tornado

Souffleries annoncées :
Full Fly  Mérignac (33), ouverture en 2019, technologie : Strojirna Litvinov
iFLY Aix-Marseille à Bouc-Bel-Air (13), ouverture en 2019, technologie : SkyVenture
zerOGravity  à Chasseneuil-du-Poitou (86), ouverture en 2019, technologie : Indoor Skydiving Germany (ISG)
Windalps à Chambéry (73), ouverture en 2020, technologie : Custom Built
Skydive Arena Paris à Paris (75), ouverture en 2021, technologie :  Strojirna Litvinov

C.Disciplines

Le vol en soufflerie possède ses propres disciplines de compétitions et ses propres règlements

Le Vol Relatif à 4 (VR4) ou 4-way Formation Skydiving (FS) est la plus ancienne discipline de chute libre. Elle a été adaptée à l’identique pour le vol en soufflerie. Chaque équipe de quatre performeurs doit réaliser, un maximum de fois, une séquence de 5 ou 6 formations différentes en position horizontale dite «à plat». Le temps de travail, pour réaliser ces figures, est de 35 secondes. Le but de l’épreuve consiste à réaliser le plus grand nombre possible de formations pendant ce temps de travail.

Le Vol dynamique à 2 ou Dynamic 2-way (D2W) est né en soufflerie, en 2012, à Botrope, à l’initiative de deux  moniteurs. La discipline s’est très vite imposée comme la discipline phare du vol en soufflerie. La première compétition, non officielle, fut organisée en décembre 2012. C’est au cours des compétitions que ce sport a fait évoluer ses règles, proposant de nouveaux formats, comme les battle ou le concept du livestream. Depuis 2015, la FAI a intégré la discipline aux compétitions internationales officielles de vol en soufflerie. Deux compétiteurs par équipe s’affrontent lors de duels artistiques et de vitesse. Au cours de ces confrontations, ils doivent réaliser des chorégraphies en perpétuel mouvement, dans l’espace en trois dimensions de la veine. Les positions de vol sont multiples. Qu’ils soient debout, allongés, tête en bas ou sur le dos, les compétiteurs se déplacent en permanence. Lors des manches de vitesse, des pénalités sont données par les juges si les trajectoires ne sont pas précises. C’est la vitesse d’exécution de la performance obligatoire qui est jugée. Dans les manches artistiques, la chorégraphie est complètement imaginée par l’équipe. Elle est notée en fonction de différents critères tels que la technique, la synchronisation, la fluidité etc… La durée des manches artistiques en D2W est de 60 secondes. Le Vol dynamique à 4 ou Dynamic 4-way (D4W) se pratique comme le D2W. Les équipes sont composées de quatre performeurs et d’un remplaçant. La durée des manches, est de 90 secondes.

Le Freestyle ou Solo Freestyle (SF) en soufflerie est un dérivé du Freestyle en saut d’avion. Tout comme en chute libre, la participation en freestyle est individuelle. Le compétiteur se présente sur des manches de figures imposées et des manches libres. Les figures imposées sont souvent gymniques, avec la réalisation de plusieurs loops arrière, par exemple. Les manches libres sont, quant à elles, imaginées par le compétiteur et peuvent être réalisées avec un fond musical. La chorégraphie de l’athlète (1 min) est alors synchronisée avec la musique, ce qui donne l’impression d’une véritable danse aérienne. Les notes de chaque manche sont additionnées pour déterminer le jugement final.

Le Vol Relatif Vertical (VRV) à 4 ou 4-way Vertical Formation Skydiving (VFS) est l’une des plus récentes disciplines de parachutisme. Elle a été adaptée pour le vol en soufflerie. Pratiquée à 4, les compétiteurs doivent réaliser un maximum de figures dans des orientations tête en haut et tête en bas, en un temps donné. Le VRV est l’adaptation du Vol Relatif dans un plan vertical. Il comporte, lui aussi, des mouvements et blocs à effectuer dans un temps imparti. Pratiquer cette discipline à haut niveau nécessite une grande technique dû à l’évolution en trois dimensions de quatre personnes dans un espace réduit. L’équipe la plus médaillée depuis la création de la discipline est, sans conteste, l’équipe de France.

D. Championnats et compétitions

En France, le vol en soufflerie est affilié à la Fédération Française de Parachutisme, qui a constitué des équipes de France et des équipes de France relève, et organise des compétitions nationales et internationales. Dans ce dernier cas, les compétitions internationales sont organisées sous l’égide de la FAI (Fédération Internationale d’Aéronautique). Par contre, des manifestations sont également organisées par des organismes indépendants.

Des équipes nationales se sont créées.

Championnats et coupes de France
2006 : Premier championnat de France, également  premier championnat national au monde, organisé par la Fédération Française de Parachutisme.
2018 : Première coupe de France organisée par la FFP.

Championnats et coupes du Monde
2014 : la Fédération Aéronautique Internationale (FAI) et la Commission Internationale de Parachutisme reconnaissent officiellement, sous l’impulsion de la France, une compétition en soufflerie, d’envergure mondiale. Première coupe du monde à Austin, aux Etats-Unis.
2015 : Première édition des championnats du monde en soufflerie, à Prague.
2016 : Deuxième coupe du monde, à Varsovie.
2017 : Deuxième championnat du monde de vol en soufflerie à Laval, au Canada. 23 pays et 250 compétiteurs, cinq disciplines : Vol Relatif à 4, Vol Relatif Vertical, Dynamic 2-way, Dynamic 4-way et FreeStyle.
2019 : Lille recevra le troisième championnat du monde de vol en soufflerie en Vol Relatif à 4, Vol Relatif Vertical, Dynamic 2-way, Dynamic 4-way et FreeStyle, ainsi qu’un challenge en Vol Relatif à 8.

DES COMPÉTITIONS EN FRANCE ET DANS LE MONDE ENTIER

Autres compétitions internationales
Tout comme les championnats de la FAI, plusieurs compétitions internationales indépendantes rassemblent les meilleurs compétiteurs mondiaux.

Bodyflight World challenge
Une des plus ancienne et célèbre compétition de Vol Relatif et de Freestyle.

Dynamic Flyin
Compétition itinérante  consacrée exclusivement au Dynamic, organisée de 2012 à 2015.

Les Wind Games
Compétition internationale annuelle qui est devenue une des plus importante compétition de vol en soufflerie. Elle se déroule chaque année, depuis 2014, à Empuriabrava, en Espagne, et rassemble plus de 200 participants.

Sakura Cup
La Sakura Cup est une compétition, dédiée au Dynamic, organisée pour la première fois en 2018, puis une fois par an jusqu’aux Jeux Olympique de Tokyo, en 2020. Les meilleures équipes de dynamic sont invitées à s’affronter lors de cette rencontre de prestige.

Clash of Champions Dubaï, Bahreïn, Clash of Lyons…
Plusieurs meetings sont organisés chaque année et récompensent les vainqueurs  d’un price money.

2. VERS L’OLYMPISME

A. olympisme

Le mythe d’Icare
Depuis toujours, tel l’oiseau, l’homme rêve de voler. Le mythe d’Icare, dans la Grèce antique nous le rappelle. A n’en pas douter, si les grecs avaient pu réaliser ce rêve, le parachutisme aurait été pratiqué lors des Jeux Olympiques anciens! Aujourd’hui, le vol en soufflerie permet à l’homme, sans équipement spécifique, d’évoluer dans un souffle d’air ascendant.  L’air, aux côtés de l’eau et la terre, deviendrait ainsi le troisième élément jusque-là
manquant dont rêvaient les grecs pour faire évoluer au plus haut niveau des sportifs de toutes nations.

Discipline olympique ?
Certes, à ce jour, le parachutisme n’est pas une discipline olympique. Mais, pour tous les parachutistes français et mondiaux, intégrer la grande famille olympique est un objectif porté depuis des décennies. La symbolique n’en serait que plus forte en 2024, 230 ans après le premier saut en parachute.
Paris et le parachutisme ; une longue histoire qui serait magnifiée par cette accession à l’olympisme.
Le vol en soufflerie, riche de nombreuses spécialités (danse en musique, duels, vitesse, etc…) est totalement adaptable à un format olympique. Pour aboutir à une dimension olympique, il s’adosse à une base de pratiquants importante de laquelle pourront émerger des sportifs de haut niveau, et ne s’adresse pas simplement à une élite. Car cette discipline est accessible à tous, valides et non-valides, dès le plus jeune âge (5 ans), et évolutive en fonction des ambitions des athlètes.

B. La ffp

Historique
La Fédération Nationale des Parachutistes Français (FNPF), créée le 10 décembre 1949, sous tutelle du Service de l’Aviation Légère et Sportive du Ministère des Travaux Publics et des Transports est devenue la Fédération Française de Parachutisme, le 10 décembre 1968. Dès 1961, la Fédération est reconnue comme le seul organisme représentatif des activités du parachutisme sportif. Elle a pour objet de promouvoir, organiser, orienter et coordonner le parachutisme sous toutes ses formes.

Elle est membre :

du Comité National Olympique et Sportif Français
du Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives
de l’Union Européenne de Parachutisme
de la Fédération Aéronautique Internationale

56 écoles assurent la formation des élèves et l’encadrement de l’activité à tous les niveaux dont :

34 écoles associatives
22 écoles commerciales  et 5 souffleries 

Le Président, David Roth
Le Président de la Fédération préside les Assemblées Générales, le comité directeur et le bureau directeur. Il ordonnance les dépenses et représente la fédération dans tous les actes de la vie civile et devant les tribunaux. Le mandat de 4 ans du président est renouvelable une fois.

Directeur Technique National : Jean-Michel Poulet

Les entraîneurs :

Philippe SCHORNO : Coordinateur Vol Relatif Vertical, Dynamic Way et Free Style
Mathieu BERNIER : Vol Relatif

Projet de la FFP pour la soufflerie
Si, aujourd’hui, les sportifs utilisent la soufflerie comme moyen d’entrainement, de nombreuses équipes concourent dans les deux sports (vol en soufflerie et sauts d’avion). A l’avenir, le niveau mondial étant tellement élevé tant en parachutisme qu’en soufflerie, il sera indispensable d’aller vers une spécialisation.
Innovant et accessible dès l’âge de 5 ans (15 ans pour les sauts d’avion), la fédération met à profit cet outil pour capter un nouveau public, pour créer de nouvelles catégories de licenciés, pour permettre aux parachutistes de progresser plus rapidement, et pour faire progresser la pratique de compétition de façon exponentielle. La fédération a décidé de constituer des équipes de France junior et senior spécialisées dans la compétition en soufflerie en misant sur le développement de cette discipline et sur son attrait pour les jeunes.
2018 est une année charnière où la FFP va définir un certain nombre de critères : les caractéristiques nécessaires pour atteindre le plus haut niveau en championnat du monde en soufflerie, le nombre d’heures d’entrainement, le programme des cycles d’entrainement, les capacités de chacun.
En parachutisme, le temps de travail est limité, après la sortie d’avion, à environ 50 secondes de chute libre, ne permettant de réitérer la performance qu’après le pliage et la nouvelle montée en avion (soit environ 35 minutes). Le tunnel, pour sa part, permet d’enchainer des sessions d’entrainement de 10, 20 ou 30 minutes consécutives. La FFP va définir la capacité à absorber les volumes tout en étant attentive à la préservation de l’intégrité des sportifs et des pratiquants.
Il sera donc essentiel de trouver un juste équilibre pour une préparation suffisante afin que les pratiquants continuent à progresser sans qu’il y ait surentraînement ou blessures, car la soufflerie a révolutionné les techniques en saut et les sportifs ont augmenté de manière important le nombre d’heures de vol.
La FFP est en train de structurer cette préparation physique qui doit être spécifique et en lien avec la logique interne de cette discipline sportive. Les sportifs bénéficieront d’un apprentissage incluant des séances beaucoup plus physiques. Pour pratiquer à haut niveau, il est indispensable de maîtriser le flux d’air qui peut aller jusqu’à 280 ou 300 km/heure. Cette maîtrise passera forcément par une préparation dont certains paramètres sont encore à définir et la Fédération Française de Parachutisme s’emploie à en poser les limites.

Projet Olympique
Associer la Fédération Française de Parachutisme dans son engagement olympique aux côtés de #Paris2024 s’inscrit  bien dans les mêmes objectifs sportifs, de reconnaissance de l’excellence et de mobilisation de tous les pratiquants.
En ayant participé à de nombreuses compétitions européennes et mondiales, mais, surtout, en ayant organisé de nombreux championnats de France et du Monde, la FFP a l’expérience nécessaire pour accompagner le Comité d’organisation dans le bon déroulement de l’épreuve. En amont, en s’adossant à la Fédération Aéronautique Internationale et à l’Aéroclub de France, elle aura à cœur de créer de nombreux partenariats avec les fédérations internationales pour faire progresser ce dossier au fil des mois.
Vouloir porter une candidature olympique est un enjeu passionnant, enthousiasmant, où tous les acteurs sont les bienvenus. Cela ne pourra se réaliser que par la mobilisation, manifeste, pleine et entière, de toute la grande famille parachutiste mondiale.

La France, nation de vol en soufflerie

2 championnats du monde
13 équipes engagées
6 médailles d’or
2 médailles d’argent
3 médailles de bronze

2 coupes du monde
12 équipes engagées
2 médailles d’or
3 médailles d’argent
1 médaille de bronze

Fédération Française de Parachutisme
62 rue de Fécamp 75012 Paris
Tél : 01 53 46 68 68 www.ffp.asso.fr

Contact presse :
Phoebus Communication – Marie-Luce Bozom – 06 15 15 63 20
phoebus-communication@orange.fr  

Télécharger (PDF, 1.71MB)

derniers articles