Fédération Française de Parachutisme » Who’s who Christiane Garsault

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Who’s who Christiane Garsault

28 sept. 2016 - WhoIsWho   

Les « Who’s Who » sont des articles qui vous permettent de découvrir plus en détail certains grands noms du parachutisme. Aujourd’hui, nous passons de l’autre côté de la barrière, celle menant aux juges, avec un focus sur Christiane Garsault et ses 40 années au service de la pratique.

Bénévole dans l’âme

Christiane Garsault est une passionnée. Passée par le parapente et le saut en tandem, elle ne se distingue pas par ses performances en compétition, mais par son dévouement et sa passion.  En effet, ses premiers pas dans le parachutisme, elle les effectue dans les années 70 en tant que bénévole à Royan. Bernard Garsault, son compagnon de l’époque, y était moniteur fédéral. C’est donc tout naturellement qu’elle s’investie dans les tâches classiques du club, liées à l’administratif ou encore à la restauration.

Mais c’est en 1994, dans le cadre des championnats de France toutes disciplines, qu’elle intervient pour la première fois au niveau du jugement. Professeur de mathématiques, ses compétences dans la manipulation des chiffres sont utilisées dans l’analyse des résultats des compétiteurs. Bien intégrée dans le milieu et dans une optique d’aide et de continuité, elle poursuit son engagement aux côtés de son mari devenu juge à la naissance des disciplines artistiques en 1997. Effectuer des moyennes ne pose aucuns soucis à Christiane qui a ainsi suivi le développement de ces nouvelles pratiques du parachutisme.

Un peu plus tard, en 2003, elle fait évoluer son bénévolat et décide de passer la qualification pour devenir juge. Une semaine d’enrichissements théoriques et pratiques plus tard, Christiane Garsault est habilitée pour juger les disciplines de Précision d’Atterrissage/Voltige puis le Vol Relatif et enfin les Disciplines Artistiques.

La passion de l’échange

Etre juge demande un investissement conséquent. Il faut être passionné pour effectuer des heures de déplacements. Mais pour Christiane Garsault, qui a le souci du bénévolat,  cette démarche n’est en aucun cas une contrainte. Animée par le contact avec les jeunes et la condition des juges, elle donne sans relâches, entre deux corrections de copies de mathématiques, les week-ends et durant les vacances scolaires.

Arrivée à la retraite, elle prend de nouvelles fonctions au sein de parachutisme en s’investissant au sein de la ligue d’Aquitaine et du Comité de Gironde en tant que secrétaire.

Membre à part entière de la famille du parachutisme, son apport bénévole est également une source d’amitié qui permet, à travers les compétitions, de passer des moments de partage et de convivialité avec l’ensemble des acteurs de la pratique.

Etre juge, un rôle important

Au niveau du jugement, les paramètres d’examens varient selon les disciplines. En Précision d’Atterrissage, un seul point de contact est à observer tandis qu’en Vol Relatif ou en Discipline Artistique, l’analyse est plus subjective bien que cadrée par un règlement. Le but est d’apprécier la façon dont sont réalisés les mouvements. Dans ce contexte, et face à la note de subjectivité des compétiteurs et du public, des critiques peuvent jaillir. Car être juge s’est aussi parfois s’exposer à la frustration de certains parachutistes. Christiane fait alors preuve de pédagogie et de beaucoup de recul en restant courtois avec les compétiteurs. Ce rôle de juge n’est pas rémunéré. C’est une passion que Christiane Garsault suit pour le plaisir. Une sagesse et un dévouement reconnu dans le milieu. Aujourd’hui, la juge s’investit également au niveau de la pratique des personnes à mobilité réduite.

les-juges-champ-france-ascensionnel-vichy-ffp-2016-24

derniers articles