Fédération Française de Parachutisme » [Bulgarie – ZOOM sur : Déborah Ferrand]

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

[Bulgarie – ZOOM sur : Déborah Ferrand]

août. 2018 - Championnat du Monde    | P.A / Voltige France   

Déborah Ferrand débute dans le parachutisme en 2001, juste avant de s’engager dans l’armée de l’air.

Puis elle commence très vite la compétition, en 2002. Son Directeur Technique de l’époque, à Nîmes, où elle réside alors, faisait de la Précision d’Atterrissage. C’est naturellement que le goût pour cette discipline lui est venu. En 2004, elle intègre l’équipe de France militaire, et participe à son premier championnat du monde militaire. La même année, elle est sélectionnée en équipe de France civile.
« Depuis j’ai la chance d’être détachée à plein temps par le Centre National des Sports de la Défense . Je fais partie du Bataillon de Joinville dans l’Armée de Champions ». Déborah commence à avoir des résultats dès 2008. Elle est régulièrement présente sur la scène internationale. L’année 2018 voit l’aboutissement d’un long travail avec son premier titre de championne du monde militaire. « Sur ce championnat du monde civil, à Erden, en Bulgarie, un doublé serait formidable ! Mais la compétition n’est pas terminée, on verra ! En équipe, cela fait quelques années que l’on a constitué l’équipe grâce, notamment, à Jean-Noël Hardouin, en 2011, au Championnat d’Europe. Depuis, toutes ensemble, nous essayons de faire progresser le niveau pour monter sur le podium. Nous aurions pu être vice-championnes, en 2014. On avait fait les efforts pour ». L’objectif de Déborah, en Bulgarie, était de monter sur la première marche du podium en équipe. « Nous sommes en équipe complète et sommes largement capables de le faire ».

Déborah est aussi très reconnaissante envers le nouvel entraineur, Jacques Baal.

« C’est un manager, un technicien. Il nous apporte beaucoup dans les deux disciplines et dans la façon de fonctionner. Il met le doigt sur des points individuels. C’est la première année où je réfléchis à mes sauts. J’étais trop dans les automatismes auparavant. A plus de 8000 sauts, je progresse encore ! ».

derniers articles