DT042 – Prévention des risques dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Objet

Prévention des risques liés à la rupture du câble et à la collision du parachute récupérateur dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Préambule

Suite à des incidents de percussion de parachutistes par le Vé de traction lors de treuillages de parachute de saut, il a été mis en évidence l’absence de ligne d’amortissement ou de drisse de sécurité de longueur et de matériau conforme.
Sachant que les câbles utilisés pour la traction en parachutisme ascensionnel treuillé ne sont pratiquement pas élastiques (maximum 3 mètres/1000 mètres), il est indispensable pour la sécurité, de placer du côté de l’utilisateur une ligne d’amortissement.
L’analyse d’un des incidents a montré que l’emplacement du parachute sur la ligne était couramment de le fixer au moyen d’une ligne d’amortissement courte le plus près possible de l’anneau d’accrochage ; il s’agit là d’une très mauvaise disposition et sa logique n’est qu’apparente.

Sur le treuil fixe

Il n’y a aucune raison, physiquement valable, d’utiliser une ligne d’amortissement aussi courte que possible entre la cheminée du parachute et l’anneau d’accrochage. De plus, ce serait se priver du rôle amortisseur et de prévention du coup de fouet lié à cette longueur. A contrario une ligne d’amortissement de plusieurs dizaines de mètres présente l’inconvénient de gêner au remorquage des câbles et le risque accru de faire des nœuds qui la fragilisent. De plus, une ligne d’amortissement aussi longue présenterait un bout de ligne pendouillant au-delà de la portion tendue entre parachute et treuil après largage.
En conséquence de quoi, selon la nature du câble utilisé, une ligne d’amortissement de six mètres de long constitue un minimum raisonnable.

Pour le dévidoir

La ligne doit être équipée en fonction de l’activité, de la nature du câble plus ou moins lourd et de sa traînée, du moteur de rembobinage utilisé. Outre sa longueur, la ligne d’amortissement a un rôle amortisseur ; de nature différente de celle du câble elle n’aura pas le même comportement physique.
Lors de l’analyse d’un autre incident de percussion du parachutiste par le Vé de traction lors d’un treuillage de parachute de saut, nous avons été alerté par l’absence d’une drisse de sécurité dans le parachute intégré à la ligne.

Lire le document complet ci-dessous

Télécharger (PDF, 392KB)

à lire également
21 févr. 2020

Appel officiel aux partenaires souffleries

Lors du 1er Sommet mondial de vol en soufflerie, organisé la semaine dernière par Indoor Skydiving Vision, la @FFP – Fédération Française de Parachutisme a présenté son prochain programme inclusif pour le HandiFly. Le Wind Tunnel HandiFly 2021 est un projet pour les personnes en situation de handicap qui aura une double mission : Un programme # WH2021premier […]

20 févr. 2020

Fête des Sports Aériens

La Fête des Sports Aériens est coordonnée, depuis 2018, par le Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives (CNFAS).La troisième édition de cet événement aura lieu partout en France du 2 au 17 Mai 2020. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site ➡️ https://cnfas.fr/fsa2020

10 févr. 2020

Réunion avec le CNFAS

Le mardi 15 janvier 2019, le directeur de la circulation aérienne militaire, le général Pierre Reutter, a reçu le conseil national des fédérations aéronautiques et sportives (CNFAS), qui regroupe l’ensemble des fédérations d’usagers sportifs et de loisirs. Comme en 2018, le DirCAM a insisté en préambule sur les besoins des armées de disposer, pour l’entrainement […]