DT042 – Prévention des risques dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Objet

Prévention des risques liés à la rupture du câble et à la collision du parachute récupérateur dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Préambule

Suite à des incidents de percussion de parachutistes par le Vé de traction lors de treuillages de parachute de saut, il a été mis en évidence l’absence de ligne d’amortissement ou de drisse de sécurité de longueur et de matériau conforme.
Sachant que les câbles utilisés pour la traction en parachutisme ascensionnel treuillé ne sont pratiquement pas élastiques (maximum 3 mètres/1000 mètres), il est indispensable pour la sécurité, de placer du côté de l’utilisateur une ligne d’amortissement.
L’analyse d’un des incidents a montré que l’emplacement du parachute sur la ligne était couramment de le fixer au moyen d’une ligne d’amortissement courte le plus près possible de l’anneau d’accrochage ; il s’agit là d’une très mauvaise disposition et sa logique n’est qu’apparente.

Sur le treuil fixe

Il n’y a aucune raison, physiquement valable, d’utiliser une ligne d’amortissement aussi courte que possible entre la cheminée du parachute et l’anneau d’accrochage. De plus, ce serait se priver du rôle amortisseur et de prévention du coup de fouet lié à cette longueur. A contrario une ligne d’amortissement de plusieurs dizaines de mètres présente l’inconvénient de gêner au remorquage des câbles et le risque accru de faire des nœuds qui la fragilisent. De plus, une ligne d’amortissement aussi longue présenterait un bout de ligne pendouillant au-delà de la portion tendue entre parachute et treuil après largage.
En conséquence de quoi, selon la nature du câble utilisé, une ligne d’amortissement de six mètres de long constitue un minimum raisonnable.

Pour le dévidoir

La ligne doit être équipée en fonction de l’activité, de la nature du câble plus ou moins lourd et de sa traînée, du moteur de rembobinage utilisé. Outre sa longueur, la ligne d’amortissement a un rôle amortisseur ; de nature différente de celle du câble elle n’aura pas le même comportement physique.
Lors de l’analyse d’un autre incident de percussion du parachutiste par le Vé de traction lors d’un treuillage de parachute de saut, nous avons été alerté par l’absence d’une drisse de sécurité dans le parachute intégré à la ligne.

Lire le document complet ci-dessous

Télécharger (PDF, 392KB)

à lire également
5 oct. 2020

Compte-rendu – Entraînement EDF Vol Relatif à Gap (05) du 28 septembre au 2 octobre 2020

Du 28 septembre au 2 octobre 2020, les équipes de France de VR4 OPEN et Féminine se sont retrouvées au Pôle France de Gap pour un stage d’entraînement.Grâce aux équipements du CERPS de Gap Tallard, les équipes ont pu réaliser 35 sauts en trois jours. Le VR4 France open continue sa progression. Cette saison se […]

28 sept. 2020

Compte-rendu – Entraînement EDF Précision d’atterrissage et Voltige au CERPS de Tallard (05)

Le stage a débuté comme prévu le samedi 19, avec la présence des sportifs prévus, soit 10 personnes. Il faut noter la présence de Déborah Ferrand, fraîchement réintégrée dans le collectif. Était présente également Adeline Delecroix qui avec la situation sanitaire actuelle et les difficultés rencontrées pour finaliser sa CIP, n’avait pas pu participer aux […]

25 sept. 2020

Compte-rendu – Stage d’Accession de Précision d’Atterrissage & Voltige de Bouloc du 25 au 30 août 2020

Les participants :– Lisa BOUILLAUD – Tia CHAUMERET – Rémi DEMAREST – Laura JAGUELIN – Flavien MOREL – Théodore TINEL Ce deuxième stage d’Accession de la saison en PA/V organisé sur le pôle de Bouloc s’est déroulé en parallèle d’un stage d’entrainement du collectif national (équipes de France A et Relève). Cette formule est idéale, car […]