23 févr. 2015 - Directives Techniques

DT042 – Prévention des risques dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Objet

Prévention des risques liés à la rupture du câble et à la collision du parachute récupérateur dans la pratique du parachutisme ascensionnel

Préambule

Suite à des incidents de percussion de parachutistes par le Vé de traction lors de treuillages de parachute de saut, il a été mis en évidence l’absence de ligne d’amortissement ou de drisse de sécurité de longueur et de matériau conforme.
Sachant que les câbles utilisés pour la traction en parachutisme ascensionnel treuillé ne sont pratiquement pas élastiques (maximum 3 mètres/1000 mètres), il est indispensable pour la sécurité, de placer du côté de l’utilisateur une ligne d’amortissement.
L’analyse d’un des incidents a montré que l’emplacement du parachute sur la ligne était couramment de le fixer au moyen d’une ligne d’amortissement courte le plus près possible de l’anneau d’accrochage ; il s’agit là d’une très mauvaise disposition et sa logique n’est qu’apparente.

Sur le treuil fixe

Il n’y a aucune raison, physiquement valable, d’utiliser une ligne d’amortissement aussi courte que possible entre la cheminée du parachute et l’anneau d’accrochage. De plus, ce serait se priver du rôle amortisseur et de prévention du coup de fouet lié à cette longueur. A contrario une ligne d’amortissement de plusieurs dizaines de mètres présente l’inconvénient de gêner au remorquage des câbles et le risque accru de faire des nœuds qui la fragilisent. De plus, une ligne d’amortissement aussi longue présenterait un bout de ligne pendouillant au-delà de la portion tendue entre parachute et treuil après largage.
En conséquence de quoi, selon la nature du câble utilisé, une ligne d’amortissement de six mètres de long constitue un minimum raisonnable.

Pour le dévidoir

La ligne doit être équipée en fonction de l’activité, de la nature du câble plus ou moins lourd et de sa traînée, du moteur de rembobinage utilisé. Outre sa longueur, la ligne d’amortissement a un rôle amortisseur ; de nature différente de celle du câble elle n’aura pas le même comportement physique.
Lors de l’analyse d’un autre incident de percussion du parachutiste par le Vé de traction lors d’un treuillage de parachute de saut, nous avons été alerté par l’absence d’une drisse de sécurité dans le parachute intégré à la ligne.

Lire le document complet ci-dessous

Télécharger (PDF, 392KB)

à lire également test
9 juil. 2021

Dérogation QAC 121 compatibilité d’ensemble

Dérogation prise en application de l’article 8.2 de l’arrêté du 4 avril 1990 modifié relatif à l’utilisation des parachutes Equipements concerné(s) Parachutes de secours utilisés pour des sauts en parachute au-dessus du territoire Français Règlement(s) objet(s) de la dérogation Article 3 de l’arrêté du 4 avril 1990 modifié relatif à l’utilisation des parachutes Objet de […]

9 juin 2021

DT055 – Matériels réglementés dans l’activité « Ascensionnel »

But Du Document Ce document constitue un référentiel pour le contrôle des points de sécurité des matériels liés à l’activité ‘’ascensionnel’’ utilisés dans un cadre collectif ou individuel, qu’ils soient anciens ou récents. Ce document est d’application immédiate et constitue la nouvelle réglementation. Il rappelle également les obligations réglementaires existantes et en particulier les critères d’autorisation retenus pour ces matériels […]

19 mai 2021

CS 201-2021 – Contrôle des sacs de déploiement des voilures secours Sigma VR 360 et consignes de repliage – Annule et remplace la CS 200

Annule et remplace la CS 200 Objet Contrôle obligatoire des sacs de déploiement fabriqués avant 2021 contenant les voilures secours VR 360 et respect des consignes de UPT à apporter au repliage des voilures secours Sigma VR 360 pliées dans le Sigma et le Micro Sigma avec lesdits sacs de déploiement. Matériels concernés Les sacs […]