DT037 – Actualisation et aménagement de la DT 13 bis relative à l’utilisation des voilures principales.

Annulée et remplacée par la DT046
Annule et remplace la DT N°13 bis du 1er mars 2004

Les propriétaires et/ou les utilisateurs des matériels sont responsables du respect de cette directive.

 Actualisation

Les dispositions de la DT 13 bis, appliquées depuis le 1er mars 2004, s’appliquent désormais dès le premier saut.

 Rappel : coefficient de surface minimale en fonction du poids équipé (poids nu + 10 kg) et du nombre de sauts :

– De 0 à 100 sauts : coefficient de 2,5

– De 101 à 250 sauts : coefficient de 2,3

– De 251 à 400 sauts : coefficient de 2,1

– De 401 à 600 sauts : coefficient de 1,9

Surface minimale de voile = (Poids nu + 10 kg) x coefficient correspondant au nombre de sauts.

(Cf.  courbes et tableau des premiers niveaux d’habilitation.)

 

 Exemple : pratiquant ayant 220 sauts et pesant 70 kg :

Son poids équipé  pris en compte est 80 kg.

Le coefficient correspondant à son expérience est 2,3.

La surface minimale qu’il pourra utiliser est 2,3 x 80 = 184 pieds carrés.

Ce pratiquant peut utiliser une voile d’une surface minimale de 190 pieds carrés

 

Cette directive ne s’applique pas :

  – aux pratiquants dont le nombre de sauts est supérieur à 600.

– Aux parachutes de secours.

 

Aménagement

Création d’un second niveau d’habilitation.

(cf.  courbes et tableau des seconds niveaux d’habilitation).

Ce second niveau d’habilitation permet d’utiliser une voile d’une surface inférieure de 11% maximum par rapport à celle recommandée par la DT 13 bis à la condition de satisfaire aux exigences suivantes :

1)        Avoir obtenu préalablement l’accord du directeur technique.

2)        Suivre une formation spécifique théorique et pratique.

Les programmes devront porter au minimum sur la mécanique et les domaines de vol, le largage, les actions à l’ouverture, le pilotage (bras haut, à 50% et 80% de frein), la navigation, les différents circuits, l’atterrissage (approche, précision, arrondi), l’espacement, l’étagement, l’intégration en fonction des autres voilures, les dégagements, les règles de priorités, la sécurité, etc.
3)        Satisfaire aux évaluations :

  • Programme de formation et d’évaluation sur un minimum de 6 sauts spécifiques (pas de travail en chute) avec la voilure préconisée par la DT 13 bis (tableau des premiers niveaux d’habilitation).
  • Programme de formation et d’évaluation sur un minimum de 6 sauts spécifiques (pas de travail en chute) avec la voilure faisant l’objet du second niveau d’habilitation.

4)        Le programme et les débriefings de chaque saut devront être inscrits dans le carnet de saut et emmargé par le formateur.

5)        L’obtention du second niveau d’habilitation devra être inscrit dans le carnet de saut et attesté par le directeur technique.

En fonction de leur poids et de leur nombre de sauts, les pratiquants satisfaisant au programme de formation et d’évaluation sont habilités à utiliser les voiles dont les tailles minimales sont indiquées dans le tableau et sur les courbes de second niveau d’habilitation (voir ci-dessous).

Cette directive ne s’applique pas :

– aux pratiquants dont le nombre de sauts est supérieur à 600.

– Aux parachutes de secours.

 

Exemple : un pratiquant ayant 80 sauts et pesant 70 kg. Conformément au tableau et aux courbes des premiers niveaux d’habilitation (DT 13 bis), il peut utiliser une voile d’une surface minimum de 200 ft2.

 

S’il obtient le second niveau d’habilitation, il pourra sauter :

– Jusqu’à 100 sauts avec une voile de 190 ft2 minimum.

– De 101 à 250 sauts avec une voile de 170 ft2 minimum.

– De 251 à 400 sauts avec une voile de 150 ft2 minimum.

– De 401 à 600 sauts avec une voile de 135 ft2 minimum.

 

Aménagement pour les titulaires du brevet B5 et du second niveau d’habilitation.

Les titulaire du brevet B5 et du second niveau d’habilitation pourront être autorisés à employer une voile d’une surface minimale inférieurs de 10 % par rapport au tableau et aux courbes du second niveau d’habilitation.

(cf. tableau pour les titulaires du brevet B5 et du second niveau d’habilitation.)

Cette autorisation devra être délivrée conjointement par un directeur technique et un initiateur B5 qui la mentionneront dans le carnet de saut, accompagnée de leur signature.

Les propriétaires et/ou les utilisateurs des matériels sont responsables du respect de cette directive.

Télécharger (PDF, 802KB)

à lire également
24 févr. 2020

Entraînement de l’équipe de France de VR8

“L’équipe de France de vol relatif à 8 est actuellement en stage à l’école de parachutisme de Pamiers (09).Il s’agit du second regroupement de l’année à Pamiers, où l’équipe avait déjà réalisé 45 sauts début février. Les conditions sont idéales, tant au niveau de la météo que de la logistique. Le choix de s’entraîner en […]

21 févr. 2020

Appel officiel aux partenaires souffleries

Lors du 1er Sommet mondial de vol en soufflerie, organisé la semaine dernière par Indoor Skydiving Vision, la @FFP – Fédération Française de Parachutisme a présenté son prochain programme inclusif pour le HandiFly. Ce projet de développement de masse pour les personnes handicapées volant en soufflerie qui aura une double mission : Un programme #WH2021premier vol et […]

20 févr. 2020

Fête des Sports Aériens

La Fête des Sports Aériens est coordonnée, depuis 2018, par le Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives (CNFAS).La troisième édition de cet événement aura lieu partout en France du 2 au 17 Mai 2020. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site ➡️ https://cnfas.fr/fsa2020