[ZOOM sur] Les juges de la Coupe de France de Wingsuit 2020

Coupe de France Wingsuit 2020

Yves Letourneur, juge international en Wingsuit, préside le jury de cette première Coupe de France, secondé par Bernard Nicolas, juge international de Wingsuit, et par trois juges stagiaires : Christine Letourneur, Gérard Foubert et Didier Le Nouy.

Cette compétition, déclinée en deux catégories (Nationale 1 – Nationale 2), semble être la compétition mondiale majeure en 2020 en Wingsuit acrobatique avec 39 compétiteurs, répartis en 13 équipes, venus s’affronter dans le ciel chalonnais, sur les 42 inscrits en WS performance et WS acrobatique.
Yves Letourneur évoque « une pratique jeune, porteuse d’un superbe esprit de partage, où les sportifs sont dans un échange permanent et dans une recherche de progression collaborative ».

Les compétiteurs sont jugés selon un nouveau règlement français, très proche du règlement de la Fédération Aéronautique Internationale (FAI). Ce règlement a été surtout adapté pour intégrer la N2 et, ainsi, permettre aux jeunes pratiquants d’accroître leur technique en intégrant la compétition.

Il faut aussi noter la qualité et la fluidité de récupération des vidéos par Damien Bellissens, technicien fédéral, qui permet à la cellule de jugement de travailler dans des conditions optimales.

Comme lors des compétitions internationales, la Coupe de France comprend deux épreuves :
• L’Acro Wingsuit ou Acrobatique, discipline artistique composée de 7 sauts (4 « imposés » de 3 séquences tirées au hasard et 3 « libres » d’aisance technique et esthétique), avec une équipe composée de deux performeurs et d’un vidéoman. Le jugement se fait par vidéo pour accorder une note technique et artistique, en supplément du GPS. Le règlement de l’acrobatique est similaire à celui du freefly.

• La performance, discipline individuelle composée de 2 manches pour 6 sauts avec 3 types de saut par manche (Distance, Vitesse horizontale, Durée de vol entre 3000 mètres et 2000 mètres, avec un départ à 3800 mètres). Le jugement se fait par GPS avec le logiciel https://skyderby.ru/. Les compétiteurs partent, espacés de 10 secondes, en suivant un couloir de vol défini à l’avance. S’écarter de ce couloir entraîne des pénalités allant de 10% du score à l’exclusion de la compétition.

Au fur et à mesure de la compétition, les juges ont constaté une véritable progression de toutes les équipes, preuve de l’importance de la pratique de la compétition pour se perfectionner dans la maîtrise de la discipline. En N1, la présence, entre autres, du champion du monde, Jarno Cordia, et de son équipe Fly Like Brick, avec Gygi Jenna et Terstegen Rene, a été un vecteur de motivation pour les parachutistes français. Pour un grand nombre de compétiteurs, c’était une première participation à un format officiel. Ils se sont donc, fréquemment, rapprochés des juges pour comprendre la notation ou, encore, les pénalités appliquées.

Quelques points techniques du règlement
Retrouvez l’intégralité du Règlement sur le lien suivant.
En épreuve de performance, l’objectif, pour un seul parachutiste en wingsuit, est de voler dans trois taches distinctes pour démontrer une combinaison de meilleure portance (tâche de temps), meilleure finesse (tâche de distance) et de la moindre traînée (tâche de vitesse). Chaque manche de l’épreuve comprend les trois tâches. Chaque tâche est effectuée sur un vol séparé. Une compétition consistera en deux manches avec trois tâches dans chaque manche, pour un total de six vols. Au moins une manche doit être réalisée pour déterminer le classement et déclarer les vainqueurs. L’altitude minimale de largage est de 3 658 m / 12 000 FT d’altitude géométrique. L’altitude maximale de largage (au début de l’axe de largage) est de 3810 m / 12 500FT d’altitude géométrique.
En épreuve acrobatique, l’objectif de l’équipe est d’effectuer une série de manœuvres (routine imposée ou libre selon la catégorie). Sauf indication contraire dans cette section, l’altitude de sortie maximale est de 3810 m /12 500 pieds AGL. Le temps de travail en N1 est le temps passé, mesuré en secondes et arrondi au dixième (0,1) de seconde le plus proche, dans la fenêtre d’altitude depuis le premier franchissement de la limite supérieure par le DTM jusqu’au premier franchissement de la limite inférieure par le DTM. Sauf indication contraire dans cette section, la limite inférieure de la fenêtre d’altitude sera de 7500 pieds verticaux au-dessous de la limite supérieure. Le temps de travail en N2 démarre dès qu’un compétiteur (autre que le caméraman) quitte l’avion, comme déterminé par les juges, et se termine 65 secondes plus tard.

Lexique en épreuve de performance :
Fenêtre de compétition : une fenêtre verticale de 1000 mètres, commençant à 3000 mètres (9843ft) et se terminant à 2000 mètres (6562ft) au-dessus du sol, dans laquelle les performances du pilote de wingsuit sont évaluées. Le processus d’évaluation démarre au premier croisement de la limite supérieure et se termine au premier croisement de la limite inférieure de la fenêtre.
Altitude de la DZ : Le niveau du sol pour le site de la compétition sera déterminé par le directeur de la compétition et sera communiqué aux compétiteurs lors de la réunion précédant l’épreuve.
Trajectoire de vol désignée – DFP : trajectoire rectiligne, par rapport au sol, comprise entre un point sur la ligne de vol, atteint par le compétiteur 10 secondes après la sortie, et un point de référence au sol désigné, indiqué au compétiteur avant le saut par le Directeur de compétition à l’aide d’une carte détaillée ou d’une photographie aérienne de la zone. La carte et / ou la photographie doivent être acceptées par le chef juge.
Ligne désignée – DL : une ligne centrée sur la trajectoire de vol désignée d’une largeur de 600 mètres.

Lexique en épreuve acrobatique :
Fenêtre d’altitude : la limite supérieure de la fenêtre d’altitude est l’altitude à laquelle la vitesse verticale du membre de l’équipe désigné atteint 8 m/s après la sortie, tel que déterminé par les juges à l’aide du PLD, et la limite inférieure de la fenêtre d’altitude est indiquée au chapitre épreuve acrobatique.
Membre de l’équipe désigné : Le membre de l’équipe désigné (DTM) est le membre de l’équipe (voir la définition équipe ci-dessous) emportant le PLD.
Programme imposé : programme composé de mouvements imposés choisis au hasard par le chef juge.
Séquences imposées : une séquence imposée est composée de 2 ou 4 manœuvres.
Séquences libres : séquence composée de mouvements choisis entièrement par l’équipe.
Actions de rotation de base :
1) Tonneau : est une rotation de 360 degrés autour de l’axe du corps tête-orteil, quand cet axe est aligné avec la direction de vol. La rotation d’un tonneau peut être effectuée dans les deux sens (dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens inverse des aiguilles d’une montre).
2) Loop arrière : est une boucle dans laquelle la rotation est initiée autour de l’axe gauche-droite du corps, le torse tournant vers l’arrière.
3) Loop avant : est une boucle dans laquelle la rotation est initiée autour de l’axe gauche-droite du corps, le torse tournant vers l’avant.
Prises :
1) Prise de main : consiste en un contact stationnaire contrôlé de l’intérieur ou l’extérieur de la main. Le contact doit être sur ou en dessous du poignet.
2) Prise de pied : consiste en un contact stationnaire contrôlé de l’intérieur ou l’extérieur de la main sur le pied, sous la malléole.
3) Une prise sur la surface d’une combinaison de wingsuit sans réaliser également un contact stationnaire contrôlé de l’intérieur ou l’extérieur de la main sur une partie spécifiée du corps telle que défini en 1) et 2) ci-dessus est spécifiquement exclue de la définition d’une prise.
Mouvement : changement de la position du corps ou une rotation autour d’un ou plusieurs des trois axes du corps ou une position statique.
Vol normal : le performeur est dans une position stable face au sol.NV : Pas de vidéo – Aucune image vidéo disponible pour le jugement. Omission :
1) Un mouvement ou une prise oubliée dans la séquence tirée au sort ou,
2) Il n’y a pas d’intention claire de réaliser le mouvement choisi ou,
3) Une tentative de prise est observée et un autre mouvement ou prise est présenté et qu’il y a un avantage pour l’équipe résultant de cette substitution.
Routine : séquence de mouvements imposés réalisée pendant le temps de travail.
Temps de travail : la période au cours de laquelle les équipes peuvent être évaluées et cotées conformément au jugement.

à lire également
5 oct. 2020

Compte-rendu – Entraînement EDF Vol Relatif à Gap (05) du 28 septembre au 2 octobre 2020

Du 28 septembre au 2 octobre 2020, les équipes de France de VR4 OPEN et Féminine se sont retrouvées au Pôle France de Gap pour un stage d’entraînement.Grâce aux équipements du CERPS de Gap Tallard, les équipes ont pu réaliser 35 sauts en trois jours. Le VR4 France open continue sa progression. Cette saison se […]

28 sept. 2020

Compte-rendu – Entraînement EDF Précision d’atterrissage et Voltige au CERPS de Tallard (05)

Le stage a débuté comme prévu le samedi 19, avec la présence des sportifs prévus, soit 10 personnes. Il faut noter la présence de Déborah Ferrand, fraîchement réintégrée dans le collectif. Était présente également Adeline Delecroix qui avec la situation sanitaire actuelle et les difficultés rencontrées pour finaliser sa CIP, n’avait pas pu participer aux […]

25 sept. 2020

Compte-rendu – Stage d’Accession de Précision d’Atterrissage & Voltige de Bouloc du 25 au 30 août 2020

Les participants :– Lisa BOUILLAUD – Tia CHAUMERET – Rémi DEMAREST – Laura JAGUELIN – Flavien MOREL – Théodore TINEL Ce deuxième stage d’Accession de la saison en PA/V organisé sur le pôle de Bouloc s’est déroulé en parallèle d’un stage d’entrainement du collectif national (équipes de France A et Relève). Cette formule est idéale, car […]