Gillian Rayner, après plus de 30 ans à la Fédération Française de Parachutisme où elle a eu plusieurs fonctions, dont les postes de trésorière, de vice-présidente, de responsable de l’international depuis de nombreuses années, est désormais présidente de la CIP.
Gillian exprime que “c’est un très grand honneur d’être à la tête du parachutisme mondial et être très fière de remplir cette mission”.
Ce rôle est pourtant le reflet d’un long parcours au service de ce sport, surtout en France où elle a commencé en tant que présidente de Ligue avant d’intégrer le bureau fédéral. Elle porte un regard très satisfait sur ce championnat du monde à Eloy, qu’il s’agisse du nombre de pays participants ou de l’exceptionnel niveau des compétiteurs. “Il faut faire un focus sur l’organisation hors pair de la part de la famille Hill. Ici, à Skydive Arizona, cette historique famille parachutiste a réussi à monter une affaire extraordinaire et a toujours été prête à soutenir toutes les épreuves internationales.
Gillian est persuadée que “on n’est jamais seul quand on mène à bien une entreprise ou la commission d’une fédération internationale. C’est un deuxième grand honneur pour moi de me retrouver avec une équipe soudée, engagée….et entièrement féminine ! Je voudrais insister sur ce point. Il y a encore peu de femmes dans le milieu du sport. Mais elles commencent à avoir de vrais postes à responsabilité. Si elles ne représentent que 36 % au niveau du parachutisme, elles peuvent néanmoins être engagées sans différenciation dans certaines disciplines, fait exceptionnel dans le monde sportif. Il faut aussi noter l’augmentation du nombre de femmes juges ou engagées dans nos clubs, dans les instances régionales, nationales. Cela conduit à un bel équilibre et à des échanges respectueux entre les hommes et les femmes mobilisés au sein de notre Fédération. Je pense que les hommes vivent leur sport d’une façon entière et passionnelle, les empêchant, peut-être, parfois, de dégager du temps pour des responsabilités associatives ou collectives. Même si les femmes le vivent aussi avec passion, c’est peut-être différemment. Par contre, une fois que l’on a mis le doigt dans cet engagement, il est très difficile de faire marche arrière 🙂
“ Pourquoi s’engager, alors, dans cette démarche bénévole ? “D’abord et avant tout pour rendre à ce sport fabuleux tout ce qu’il nous a apporté !! Le parachutisme a changé ma vie. Elle a été totalement différente de celle que j’avais imaginée. Aujourd’hui, je ne peux qu’être reconnaissante à cette pratique qui m’a tant apporté et à qui j’espère avoir rendu autant….et pouvoir encore le faire 🙂 “.

Le Vol Relatif à 8 part pour la manche 9…..avec enthousiasme 😁😁

à lire également
22 nov. 2022

Rémy Boullé, dans les médias

Le portrait de Rémy Boullé, diffusé lors de l’émission Stade 2, fait partie des neuf sujets en lice pour le Prix des Micros d’Or (catégorie Prix du Public). Créés en 1987, par l’Union des Journalistes de Sport en France, les Micros d’Or, récompensent les meilleurs reportages audiovisuels de l’année.Pour la catégorie Prix du Public, c’est […]

18 nov. 2022

Plan de sobriété énergétique du sport

À la demande du Ministère des Sports, la Fédération Française de Parachutisme partage l’information suivante avec l’ensemble de ses structures :  « Face à l’accélération du changement climatique, que l’été 2022 a rendue tout particulièrement perceptible, et aux tensions internationales liées à la guerre en Ukraine, la montée en puissance de la transition énergétique de […]

18 nov. 2022

CNSD : Des sportifs militaires au service de la Nation

Les Armées fournissent un effort important pour soutenir le sport de haut niveau français. C’est ainsi que des sportifs militaires ou membres du personnel civil de la défense sont affectés au Centre National des Sports de la Défense (CNSD) au titre des équipes de France, à la fois militaires et civiles. Ils participent, tout au […]