Fédération Française de Parachutisme » Championnats du Monde, des ambitions dans toutes les disciplines

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Championnats du Monde, des ambitions dans toutes les disciplines

sept.. 2016 - Championnat du Monde   

Meilleure nation parachutiste mondiale, en 2012, à Dubaï, la France compte conserver son titre, avec pour objectif de monter sur le podium dans chaque discipline. En Freestyle et FreeFly, les équipes engagées sont en mesure de décrocher, chacune, une médaille d’or.

Freefly
Freefly – équipe de France 1 : Vincent COTTE, Jean-Marie GARES, Sébastien CHAMBET (Vidéoman)

Les garçons au départ de la deuxième manche. Ils ont fait une première manche à 5 cm. Les filles sont en stand by voltige. Idem pour les juniors

En Freefly, le saut 4 de l’équipe de France 1 : Vincent COTTE, Jean-Marie GARES, Sébastien CHAMBET (Vidéoman) jugé 8,4 points. Après 5 manches passées, La russie est à 42,3, France 2 à 41,2 et France 1 à 41,0.

 


Les résultats en précision d’atterrissage lors des WPC2016. ICI

En Vol Relatif à 4 féminin : Sophia PECOUT (Capitaine), Christine MALNIS, Clémentine LE BOHEC, Pamela LISSAJOUX, Michel LAYNAUD (Vidéoman), Gaëlle GIESEN (Remplaçante) cumulent 127 points à la 6e manche jugée, à 1 point des USA.

En Voile Contact Séquence à 2, l’Equipe A : Charline DELAY (Capitaine), Cindy COLLOT, Kevin TECHER (Vidéoman) dont le premier saut à 34 points a écrasé la compétition.

Le deuxième saut de Voile Contact Séquence à 2 – Equipe A : Charline DELAY (Capitaine), Cindy COLLOT, Kevin TECHER (Vidéoman) jugé à 25 points.

“Tout le sport” de ce soir, sur France 3, à la 11 ème minute, fait un zoom sur l’équipe de France de Vol Relatif à 8 lors de ces championnats du monde à Chicago. A revoir ici 

L’équipe de Voile Contact à 2 France 1 pour sa quatrième manche.

ZOOM SUR LE VOL RELATIF A 8

L’équipe de France de Vol Relatif à 8 : Emmanuel SARRAZIN (Capitaine), Julien OLEK, Mathieu BERNIER, Thomas PERRIN GACHADOAT, Julien DEGEN, Damien SORLIN, Bruno PERIN, Clément MARTIN SAINT LEON, Olivier HENAFF (Vidéoman), Aurélien LEMAIRE (Remplaçant).

Après le cycle des Venturi, Jérémy Rollet avait interrogé individuellement ses anciens co-équipiers pour s’associer à un nouveau projet tout en sachant que les moyens financiers en seraient limités. Tous ayant dit oui, l’équipe s’est mise en place afin d’arriver au mieux sur ces championnats du monde 2016 en surfant sur l’expérience majeure acquise par chacun. Hormis Aurélien Lemaire, du Pôle espoirs Saumur, tous sont entre 1 et 4 fois champions du monde en Vol Relatif à 4 ou à 8. Dans leur motivation s’inscrit l’intérêt qu’ils portent, tous, au renforcement des équipes à 4. Il était prévu seulement 120 sauts d’entraînement, ce qui est déjà fort peu pour préparer une telle compétition. Mais la météorologie ne leur a permis d’en réaliser que 80. Auxquels se sont rajoutées 2 heures de soufflerie à Weembi. Pour l’instant, l’équipe française est pleinement en mesure d’atteindre l’objectif fixé de monter sur la deuxième marche du podium avec 9 points d’avance sur les russes à 2 sauts de la fin de la compétition. L’entrée en matière a été un peu difficile en se mettant une pression inutile. Ce qui les a conduits à rester à égalité avec les russes à l’issue des trois premières manches. Mais l’équipe s’est ensuite améliorée au fil des sauts. Elle a retrouvé ses automatismes et, surtout, tout le plaisir de sauter ensemble, contribuant à prendre des points sur chacune des cinq manches suivantes. Cette cohésion contribue à bien les positionner dans la course à la médaille d’argent. Les USA, dont l’équipe, identique depuis Dubaï, est professionnelle et dispose de moyens sans commune mesure, reste, de son côté, largement en tête. Derrière les français, les Russes cumulent quatre fois plus de sauts d’entrainement ; deux des compétiteurs font également partie du VR4. En 2010, la France avait remporté tous les podiums. Cette situation a piqué au vif toutes les autres nations, dont les Etats-Unis, qui ont mis des moyens considérables afin de rivaliser avec les français dans les années qui ont suivi. 2012 a ainsi témoigné d’un niveau énorme avec la plus importante moyenne française jamais atteinte. Emmanuel Sarrazin, capitaine de l’équipe française, et tous les membres du groupe, analysent avec lucidité leur parcours et les deux sauts rapides qui ont été loupés sur Skydive Chicago. Mais en conservant le plaisir avec lequel ils ont renoué et la concentration optimale du groupe, tous savent que cette médaille d’argent est à leur portée. Cet enjeu est d’autant majoré que le retour du Trophée Patrick de Gayardon en France sera fonction des résultats dans toutes les disciplines. Sur ce championnat 2016, il paraissait néanmoins impensable de viser une troisième médaille d’or. Le Vol Relatif à 8 est une discipline très technique et la montée en puissance de jeunes compétiteurs nécessite près de 4 ans de préparation avec un important volume de sauts. Par contre, le 8 reste un vivier pour les équipes à 4. Des compétitions internationales de ce niveau permettent de s’aguerrir en étant confronté au stress d’un championnat sportivement très qualitatif. Les souffleries nouvelle génération, de 17 pieds, pourraient redynamiser cette discipline qui est tout autant une discipline sportive exigeante qu’une magnifique aventure humaine.

img_2263

Le premier saut de Voile Contact Séquence à 2 – Equipe B : Guillaume DUBOIS, Alexandra PETITJEAN, David HUET (Videoman)


41 points pour ce 5e saut de Voile Contact Séquence à 2 – Equipe A : Charline DELAY (Capitaine), Cindy COLLOT, Kevin TECHER (Vidéoman)

Départ de la deuxième manche pour le VC4 sur ces championnats.

Troisième manche en Voile Contact Séquence à 2 – Equipe B : Guillaume DUBOIS, Alexandra PETITJEAN, David HUET (Videoman)

Concentration totale pour l’équipe de VR4 open à quelques minutes de l’avionnage

Le Vol Relatif à 4 Femme, sur le saut 4.

Cinquième manche pour Sophia PECOUT (Capitaine), Christine MALNIS, Clémentine LE BOHEC, Pamela LISSAJOUX et Michel LAYNAUD (Vidéoman).

Première médaille pour la France sur les championnats du monde de parachutisme
Une première médaille, en bronze, obtenue par l’équipe de Vol Relatif Vertical emmenée par sa capitaine, Emmanuelle Droneau.
La France a fait un chassé-croisé avec le Canada jusqu’à la septième manche où elle a perdu la deuxième place. C’était la dernière compétition pour cette jeune équipe qui conclue, malgré tout sur un bon résultat.
L’équipe de Vol Relatif Vertical : Mickaël MELO, Gregory MAGAL, Edouard HENRY, Emmanuelle DRONEAU (capitaine), Nicolas CAMPISTRON (Vidéoman), Raphaël Coudray (remplaçant)

4e saut du VR4 Open.

ZOOM SUR FREEFLY FRANCE 1

Ensemble depuis deux ans suite à la blessure de Virginie Bouette (à qui toute l’équipe dédie cette compétition), Vincent COTTE, Jean-Marie GARES et Sébastien CHAMBET (Vidéoman) ont intensifié leur entraînement depuis le mois de mars.

Reformée dans cette nouvelle configuration, l’équipe a néanmoins subi un changement de fond assez rare avec le transfert de Jimbo du poste de vidéoman à celui de performer. La première participation de ce collectif à une compétition internationale avait été Teuge, en Hollande, en 2015. Sur ces championnats du monde 2016, l’équipe craignait tout particulièrement 5 à 6 concurrents, potentiellement dangereux. N’ayant pas vu les sauts des autres nations en lice, nos compétiteurs étaient très méfiants mais, également, peu en confiance. Malgré quelques erreurs de timing ou de vidéo commises sur les premiers sauts, tous trois sont finalement bien rentrés dans la compétition avec une montée en puissance très rapide. Paradoxalement, l’intensification des derniers entraînements, la régularité des enchaînements acquise sur les dernières semaines et la mobilisation pour ces championnats a généré une pression beaucoup plus positive qu’à Vichy, lors des championnats de France 2016. L’erreur commise par les USA sur un imposé semble, également, largement jouer en la faveur des deux équipes de France de Free fly, rendant Vincent, Jimbo et Sébastien plus sereins pour monter sur le podium. Par ailleurs, le saut libre américain, bien que très technique, n’a, semble t’il, pas plu aux juges. France 1 avait, pour sa part, de belles attitudes de vol qui ont été appréciées. Même si l’objectif était évidemment le podium, tous trois sont très contents que leur saut ait été aimé car, en artistique, la part de subjectivité est toujours forte. Se faire plaisir et réussir la compétition avec plus de brio qu’à Vichy, où l’équipe n’était clairement pas prête, était essentiel à leurs yeux. Les deux sauts de libre leur restant à réaliser devraient se dérouler sans trop d’encombres sachant que les Russes, sur ce libre, sont nettement au-dessus du lot, depuis trois ans. Si 2016 a encore fait progresser chacun en expérience, individuellement, techniquement, mentalement, l’entame de compétition avec un premier saut déterminant pour bien se mettre dans une spirale positive a été important. Avoir réussi à bien gérer la pression, à dépasser les problématiques individuelles ou le mécontentement lié à des problèmes techniques, à trouver plus d’harmonie dans la vie du groupe, ont été des strates gravies marche après marche pour atteindre le résultat actuel. Les dernières manches devraient désormais les conduire à terminer cette compétition internationale sur un nouveau beau résultat, sachant qu’il s’agira du dernier pour Sébastien qui sort du circuit des championnats. Avec Vincent, tout jeune, et Jean-Marie, qui a prouvé qu’il peut tout faire, les projets restent néanmoins ouverts.

img_2318

Le second saut en Voile Contact Séquence à 2 pour l’Equipe B : Guillaume DUBOIS, Alexandra PETITJEAN, David HUET (Videoman)

ZOOM SUR LE VOL RELATIF A 4 OPEN

L’équipe de France de Vol Relatif à 4 Open est composée de Kevin MANSION, Charles ROMMEL, Laurence HERVE (Capitaine), Damien GOURIOU, Loïc CAMPY (Videoman) et Julien DEGEN (remplaçant).

Elle est constituée depuis deux ans et cumule 1200 sauts et de la soufflerie. Venus d’horizons divers, leur première participation à une compétition internationale, lors des World AirGame à Dubaï, fin 2015, ne les avait pas satisfaits. Pour 2016, le groupe a donc enchaîné plus de 500 sauts. Même si le classement sur ces championnats du monde n’est pas encore celui attendu, le premier point positif est la belle progression rendue ainsi possible. Par rapport aux WAG où la confiance n’était pas ancrée, tous ont conscience d’avoir réalisé un grand bond en avant. C’est un véritable cap qui a été passé sur ces derniers mois, conjuguant confiance et agressivité. Et c’est avec un objectif clairement affiché de réaliser un podium qu’ils ont entamé ce mondial. A mi-parcours, avec 5 manches passées, c’est dans un mouchoir de poche que se positionnent la Russie, le Qatar et la France, pour la médaille de bronze. Mais, à trois points des Russes, le VR4 Open France est pleinement dans le match. Concentrés, en embuscade, les sportifs savent qu’ils doivent surtout se mobiliser pour restituer toute leur expertise lors des sorties d’avion. En effet, le calage de sortie en Caravan est différent de celui du Twin Otter qui effectue les largages à Skydive Chicago. Du coup, les départs de sauts ont été moins nets sur les premières manches. Les briefs effectués ont contribué à bien cerner cette problématique liée tant à la taille de la porte qu’aux poignées ou au vent en sortie. Il est certain que les cinq prochaines manches intègreront ces rectificatifs en apportant plus de fluidité, sachant que le vol, pour sa part, était tout à fait satisfaisant. C’est donc une montée en puissance qui ne peut qu’être espérée. Avec une vie de groupe ayant conduit à trouver un équilibre harmonieux entre tous, les cinq prochains sauts ne pourront que bénéficier de l’écoute, de la cohésion, de la solidarité qui forgent désormais ce collectif. Plutôt que d’attendre une erreur des autres équipes, c’est un passage en mode agressif qui va, à présent, être l’atout fondateur de la nouvelle marche qui doit être franchie. Kevin, Charles, Laurence, Damien, Loïc et Julien savent que l’atteinte du Graal, le retour du Trophée Patrick de Gayardon en France, repose aussi sur leurs épaules.

img_2292
Une médaille d’argent pour les Expendables : Emmanuel SARRAZIN (Capitaine), Julien OLEK, Mathieu BERNIER, Thomas PERRIN GACHADOAT, Julien DEGEN, Damien SORLIN, Bruno PERIN, Clément MARTIN SAINT LEON, Olivier HENAFF (Vidéoman), Aurélien LEMAIRE (Remplaçant)

14364730_1096240110411690_6112096504243793607_n

Le VR4 open lors du troisième saut.

Le vol relatif à 8 lors de la septième manche.

Saut 5 pour le VR4 open.

En Freefly, l’équipe de France 2 : Gregory CROZIER, Karine JOLY, Baptiste WELSCH (Vidéoman) sur son troisième saut.

La cinquième manche en Voile Contact à 2 pour l’équipe France B.

Saut 6 en Voile Contact à 2 pour l’équipe France 2

Gregory CROZIER, Karine JOLY, Baptiste WELSCH (Vidéoman) lors du cinquième saut.

Guillaume Dubois, Alexandra Petitjean et David Huet, l’équipe de Voile Contact à 2 France 2, lors du cinquième saut.



À lire également