Championnat du monde Précision d’Atterrissage et Voltige, le collectif France à la loupe

En amont de leur présence, du 25 au 31 août 2018, aux championnats du monde, à Erden Montana, en Bulgarie, les équipes de France de Précision d’Atterrissage et Voltige s’étaient mobilisées, sous l’égide de la Fédération Française de Parachutisme. Leur préparation a été affinée au fil des dernières semaines afin d’apporter aux compétiteurs les meilleures conditions pour performer.
Le 22 août, les équipes se sont retrouvées pour une journée de synchronisation et de récupération physique avec le staff médical, Michel Guiavarc’h médecin fédéral et Frank Marbach, kinésithérapeute. Christian Lubbé, conseiller technique de la Fédération Française de Parachutisme, a rejoint la délégation pour épauler Jacques Baal, entraineur national. Les 23 et 24 août, les équipes ont réalisé quelques sauts de répétition, pour prendre la température, s’habituer au lieu, reprendre les habitudes, et compléter, par un travail plus psychologique, la partie technique réalisée depuis le début de saison. Les compétiteurs ont fait 5 sauts en PA et 1 saut en voltige. Le 25 août au matin, les sauts de compétition ont pu débuter dès 7 heures.

Nouveaux collectifs pour la Précision d’Atterrissage/Voltige et nouvelle dynamique

En vue de ce championnat du monde de Précision d’Atterrissage/Voltige, à Erden, au Nord-Ouest de la Bulgarie, Jean-Michel Poulet, Directeur Technique National, et Jacques Baal, entraineur national de la discipline, avaient effectué la sélection des collectifs France, équipe A et les juniors, après la coupe de France de Saint-Galmier, début juillet, pour une validation finale par David Roth, président de la FFP.
Chez les filles, l’entraineur et le DTN étaient d’accord sur les choix à faire, retenant cinq compétitrices. Adeline DELECROIX, Déborah FERRAND, Marie MONATE, Léocadie OLLIVIER DE PURY et Stéphanie TEXIER sont donc entrées en lice pour réaliser le maximum de carreaux. Tout au long de la saison, un travail de fond a été réalisé sur les aspects collectifs. Le stress en compétition générait souvent des contre-performances. L’entraîneur a donc mené une approche structurelle pour les aider à mieux analyser les conditions en compétition, avec, en parallèle, un travail sur le renforcement technique. « Il y a toujours une latence entre le travail réalisé et la production. Un temps de démarrage a donc été indispensable. Les équipes ne sont pas en avance mais pas en difficulté, non plus. Les athlètes sont donc prêtes pour en découdre face aux équipes concurrentes et monter sur les podiums. Léocadie et Déborah sont pressenties pour décrocher des médailles en individuel et en combiné. Déborah vient d’ailleurs de décrocher le titre mondial en Précision d’Atterrissage aux championnats du monde militaire en Hongrie et, en équipe, une médaille d’argent en Vol Relatif et au combiné (VR/PA/V) par nation. Même si Léocadie a dû subir une coupure dans l’entrainement, elle est dans le thème fixé. Elle a progressé en PA et sera, certainement, bien placée en Voltige. Stéphanie Texier a, elle aussi, des chances d’être bien classée, même si les enjeux sont difficiles. Au dernier stage d’entrainement, elle n’a rien lâché et a travaillé dur. Nous jouons désormais sur des points de détail, avec une approche plus psychologique, et un travail sur les automatismes en l’air, les repères de sécurité, la confiance en soi, pour être en mesure de rattraper une fausse manœuvre. Il y avait plus d’erreurs stratégiques que techniques. Nous avons donc analysé ces points pour réagir en cas de faux pas sportif ». Marie Monate, quant à elle, est la dernière à avoir intégré le collectif. La PA n’est pas sa spécialité de base puisqu’elle vient du Vol Relatif. Mais sa remarquable progression lui a permis d’intégrer l’équipe A. Adeline Delecroix poursuit son parcours en équipe de France, suite aux championnats d’Europe 2017. Ses axes de progression ont été de sécuriser son travail et d’arriver à se détacher de l’enjeu pour performer. 2018 est donc l’année de la Précision d’Atterrissage pour les compétitrices, avec de beaux challenges à relever. « Aucune française n’a jamais remporté l’or dans un championnat du monde civil ».
Concernant l’équipe homme, la sélection après la coupe de France de Saint-Galmier a été moins évidente. Après analyse, point par point, de chaque potentiel, le DTN et l’entraîneur ont établi un collectif intéressant : François BARRIOT, Mathieu GUINDE, Thomas JEANNEROT, Olivier MENANTEAU et Mohamed MOUJID. L’étape de la coupe du monde à Peiting a permis de valider ce choix, puisqu’ils ont remporté la médaille d’or en PA par équipe, sur une compétition où le niveau était élevé. « Le collectif a œuvré sur la rigueur et les approches de sauts, tout en faisant évoluer sa technique pour plus de fluidité dans le vol. La prise de recul a aussi été perfectionnée, pour permettre à tous de faire des choix judicieux, et ne pas se mettre en risque, voire aller dans la contre-performance. Le groupe est bien homogène. Thomas avait déjà un gros niveau. Mathieu, pour sa part, a beaucoup progressé depuis deux ans. Il flirte avec le très haut niveau international. Je note un beau renouveau dans l’équipe avec une dynamique positive qui a rendu la victoire possible, à Peiting, avec beaucoup de maîtrise, dès le début. La Fédération attend naturellement d’eux qu’ils maintiennent ce niveau, ici, en exploitant les mêmes ressources, adaptées aux conditions bulgares ». En Voltige homme, Thomas Jeannerot est le français pouvant rivaliser pour un podium lui permettant, au passage, d’arracher une belle place au combiné PA/V. Et pourquoi pas Mathieu, en pleine phase de progression, qui pourrait tirer son épingle du jeu ?
Pour les juniors, deux compétiteurs se complètent bien : Pierre Asteix, issu de l’ascensionnel et champion de France de cette discipline en 2017, et Sylvain Ferroni, quatre fois vice-champion de France en Précision d’Atterrissage. Cette équipe a de fortes chances de se retrouver en place d’honneur voire, même, d’atteindre le podium. Pierre Asteix a passé les différents caps assez rapidement. Tout jeune, il est porteur d’une belle ambition. Il doit prouver qu’il est capable de rester dans le cadre…. avec, dans le viseur, une potentielle médaille. Pour Sylvain Ferroni, c’est une année de transition, avec une nouvelle vie professionnelle. A court terme, les deux sportifs devraient intégrer l’équipe A.
Pour Jean-Michel Poulet, DTN, « les individus des collectifs PA/V ont su se mobiliser pour progresser. Le management du nouvel entraîneur, Jacques Baal, dans la continuité de celui initié par Pascal Ghriss, avec l’expérience, l’expertise et le vécu qu’il apporte aux athlètes, fonctionne. Il permet aux équipes d’être en ordre de marche, mais, surtout, en confiance pour ces championnats du monde. Leur force, c’est le collectif. Cette force impactera aussi, forcément, sur les performances individuelles ».
à lire également
20 févr. 2020

Fête des Sports Aériens

La Fête des Sports Aériens est coordonnée, depuis 2018, par le Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives (CNFAS).La troisième édition de cet événement aura lieu partout en France du 2 au 17 Mai 2020. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site ➡️ https://cnfas.fr/fsa2020

10 févr. 2020

Réunion avec le CNFAS

Le mardi 15 janvier 2019, le directeur de la circulation aérienne militaire, le général Pierre Reutter, a reçu le conseil national des fédérations aéronautiques et sportives (CNFAS), qui regroupe l’ensemble des fédérations d’usagers sportifs et de loisirs. Comme en 2018, le DirCAM a insisté en préambule sur les besoins des armées de disposer, pour l’entrainement […]

8 févr. 2020

Entraînement Équipe de France de Voile Contact à Eloy

“Depuis 6 jours, l’équipe de France de Voile Contact a repris l’entraînement à Eloy, aux Etats-Unis; avec en ligne de mire le championnat du monde de Tanay, en août 2020.Les premiers jours furent marqués par une température hivernal pour l’Arizona , – 1° le matin.Malgré cela, nos équipes ont repris leurs marques et commencent un […]