Fédération Française de Parachutisme » Zoom sur : les Disciplines Artistiques

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Zoom sur : les Disciplines Artistiques

août. 2017 - Coupe du Monde et Championnat d'Europe    | FreeFly Freestyle France   

Entraîneur : Sébastien CHAMBET , Armor Parachutisme (22)

Compétiteurs :
Freefly – Équipe France 1 – Airwax : Grégory CROZIER – Cercle Parachutiste de Nice (06), Karine JOLY – Cercle Parachutiste de Nice (06), Baptiste WELSCH (Videoman) – Armor Parachutisme (22)
Freefly – Équipe France 2 – Good Vibes : Vincent COTTE – École de Parachutisme de Lyon-Corbas (69), Yohann ABY – Armor Parachutisme (22), Jim GARES– Ecole Française de Parachutisme Lille Bondues (59).
Freestyle – Équipe France 1 – Solaris : Loïc PERROUIN – C.p.s. d’Ille et Vilaine (35), Pierre RABUEL – C.p.s. d’Ille et Vilaine (35)

Du 15 au 25 juin 2017, un grand rassemblement se déroulait sur le centre de Vannes, soutenu par le Pôle espoir des Disciplines Artistiques. Les équipes de France Solaris et Good Vibes y ont réalisé entre 70 et 100 sauts. Le soleil fût au rendez-vous tous les jours, pendant 15 jours ! De quoi faire chauffer la turbine du Pilatus qui enchainait les rotations. Une porte à gauche avait été spécialement installée pour l’occasion. Ce stage équipe de France a été encadré par l’entraineur national des Disciplines Artistiques, Sébastien CHAMBET. Le programme libre des Equipes de France était ainsi terminé. Le stage à Pamiers, qui a eu lieu du 17 au 23 juillet, a été l’occasion de répéter et de finaliser les enchainements pour la compétition à Saarlouis en Allemagne.

Le 4 août, en arrivant à Saarlouis, les équipes ont pu effectuer un premier jour d’entraînement. Les Good vibes ont réalisé 6 sauts, l’équipe Solaris a effectué 8 sauts et l’équipe Airwax, 10 sauts. « Nous répétons les routines et les figures imposées que nous avons construites tout au long de l’année » précise Sébastien Chambet. « La pression monte peu à peu. Nous sentons que les petites erreurs commises pèsent un peu plus que d’habitude sur le moral. Mais, dans l’ensemble, les trois équipes sont très sereines. Elles ont confiance en leurs capacités et ont conscience de posséder de bons automatismes. Nous avons appris la présence de l’équipe américaine “Ocean Flo”, de très bon niveau (quatrième place à Chicago, en 2016). Cela ajoutera de la concurrence en freefly ! Les objectifs sont simples pour la France : de l’or en Freestyle et 1 médaille pour chacune des équipes Freefly ! Si nous réalisons cela, toutes les équipes seront médaillées. A noter que nous ne sommes qu’au premier tiers de notre préparation globale pour le championnat du monde qui se tiendra, en octobre 2018, en Australie. C’est donc très prometteur. Il nous reste deux journées et demi d’entraînement, avec une dizaine de sauts, pour ajuster les derniers détails. Nous avons hâte de commencer ! »

Le 7 août était la journée officielle d’entraînement. La matinée a été consacrée à la réalisation des derniers sauts d’entraînement. Chaque équipe a eu l’occasion de finaliser ses imposés et ses sauts libres. Après avoir choisi, ensemble, le meilleur de la série, chaque équipe a eu la possibilité de venir présenter aux juges la description de sa routine. C’est une opportunité importante pour expliquer la technicité d’un saut et pour en décrire le style. Les juges, à l’écoute, et vidéo sous les yeux, écoutent attentivement les compétiteurs. Aucun verdict ne sera donné ; la compétition commence le 8. Le rendez-vous est fixé à 11 heures, sur la DZ et, malgré une météo capricieuse annoncée, les athlètes espéraient faire la première manche avant la cérémonie d’ouverture, au centre-ville de Saarlouis.

Mais, le 8,  dès le réveil, la pluie était déjà là, et les stand-by successifs se sont enchaînés. D’abord 11 heures, puis 14 heures, puis 16 heures,… et, enfin, un report de la compétition au lendemain. A 18 heures, toute la délégation avait rendez-vous pour la cérémonie officielle qui s’est déroulée… sous le soleil ! Le tout petit créneau de beau temps est arrivé au bon moment, permettant à l’ensemble des compétiteurs et du staff de défiler dans les rues de Saarlouis où un accueil chaleureux leur a été réservé.