Fédération Française de Parachutisme » Vichy : Jour 3 – Champ.2017

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Vichy : Jour 3 – Champ.2017

août. 2017 - Championnat de France   

La deuxième journée des championnats a démarré par un stand by pour causes aérologiques et météorologiques. Le plafond nuageux est trop bas avec des risques d’averses. Dès qu’il a une ouverture les compétiteurs seront appelés à se préparer.

Concernant les championnats de France FreeFly, après deux manches effectuées hier, Skynonymous Noyon Picardie est en tête, suivi de La French Connection Pujaut et Rose Mécanique Lille PSUC (Résultats provisoires)
Après avoir passé les manches qualificatives des championnats de France avec un enchaînement de figures maîtrise, l’équipe La French Connection a décidé de le complexifier pour les championnats de France. Afin d’arriver au niveau requis pour les compétitions, les compétiteurs s’entrainent également en soufflerie, une alternative au saut, pour progresser tant au niveau de la synchronisation, que de la technique du mouvement. Il y a six ans, Mathias Skupin et Romain Garigliet sautaient encore en loisir, mais depuis trois ans, les deux amis se sont lancés dans la compétition et performent ensemble, accompagnés de leur vidéoman, Farid Boudebouda. Le travail en trois dimensions et la synchronisation entre les deux performeurs et le vidéoman fait vibrer ces trois mordus de parachutisme, qui attendent impatiemment les manches restantes, pour la catégorie FreeFly.

Dans chaque compétition fédérale sportive, un staff médical est présent pour assurer la prise en charge d’éventuelles blessures. C’est Michel Guiavarch, médecin fédéral, qui est présent tout au long de la compétition. De formation anesthésie-réanimation, « le Doc » s’est ensuite spécialisé dans la médecine aéronautique et sportive, avant d’intégrer la Fédération Française de Parachutisme en 2010.
Si durant les championnats les traumatismes, souvent liés à des problèmes météo, restent rares, les principales interventions se concentrent sur les douleurs musculaires. En dehors des compétitions, Michel Guiavarch s’occupe des maintiens ou dérogations de licences. Au-delà de l’aspect médical, « le Doc » est un véritable accro de la discipline et saute depuis plus de 40 avec la même passion.

La Fédération Française de Parachutisme remercie la Ville de Vichy pour son soutien aux Championnats de France.

La FFP et la ville de Vichy ont souhaité solidifier leurs relations au travers d’une convention. Cet accord permet l’organisation des Championnats de France, à Vichy, durant les quatre prochaines années. Vichy s’impose comme un partenaire de poids, grâce à ses infrastructures, gages de confort et de performances pour les athlètes. Ce partenariat donne également à la FFP la possibilité d’assurer les conditions de pratique optimales pour ses licenciés.

Team Ven Air est une équipe de Freestyle composée de Clémence Belka et Maxime Huchette.
Maxime a commencé en 1999, à l’âge de 17 ans, grâce à son frère qui en faisait déjà. Il a 4400 sauts à son actif.
Avant de commencer le parachutisme, Clémence faisait de la gymnastique de haut niveau. Il y a deux ans, elle a fait un baptême de l’air. En recherche d’une reconversion sportive, son choix s’est porté sur le parachutisme. Elle a effectué 295 sauts depuis.
Clémence et Maxime font partie du même club, et ont décidé de former un duo en début d’année 2017. Ensemble, ils ont fait 150 sauts. Ce qu’ils aiment dans cette discipline ? Le côté artistique, autant que le côté technique.
Pour les championnats de France, ils se sont préparés avec pour objectif d’atteindre la deuxième place. Ils sont à la troisième place pour le moment, mais les manches n’ont pas toutes été réalisées. Leur but ultime est d’entrer en équipe de France espoirs.

Pour les épreuves de Précision d’Atterrissage, les juges sont placés au plus près de la cible. Avec un logiciel qui mesure la vitesse du vent, et des capteurs qui enregistrent la distance entre le premier point d’impact et le « carreau » placé au centre de la cible, leur rôle est avant tout de valider les résultats. Pour cela, la coordination de l’équipe est primordiale. Chaque juge tient un poste précis :
– Le juge observateur, chargé de prêter attention aux conditions météorologiques et aérologiques qui accompagnent le compétiteur pendant son saut ;
– Le juge derrière l’ordinateur, qui vérifie l’évolution de la vitesse du vent, mesurée par un logiciel spécialisé ;
– Trois juges près de la cible, qui attendent le compétiteur à l’atterrissage, pour « repérer » son point d’impact et mesurer son score si besoin ;
– Et un juge discipline, à qui revient la charge de s’assurer que tout se déroule au mieux.

L’exactitude des résultats dépend aussi du matériel. C’est pourquoi, après un standby, les juges « testent » la cible et le système de mesure. Bien sûr, du matériel opérationnel ne suffirait pas sans le savoir-faire et l’œil attentif des juges ! Beaucoup d’entre eux sont d’anciens compétiteurs, et continuent de sauter pour le plaisir.

Merci à Europ Assistance, partenaire des 60ème championnats de France de Parachutisme