Fédération Française de Parachutisme » Rendez vous ! Avec… Sophia PECOUT Équipe de France de VR4 Féminin

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Rendez vous ! Avec… Sophia PECOUT Équipe de France de VR4 Féminin

24 mars 2014 - WhoIsWho   

Sophia

Rien ne destinait Sophia PECOUT au parachutisme sportif, mais plutôt à la danse classique, dés sa plus tendre enfance, avec un objectif sérieux et non des moindres, le ballet de l’Opéra de Paris. Sophia finalement attirée par un sport collectif, a parfaitement intégré l’Équipe de France de Vol Relatif. Là aussi avec des objectifs ambitieux, pour le plus grand bonheur du Parachutisme Français. FFP a voulu en savoir plus……

FFP : Sophia, une grosse saison en 2013, couronnée par un titre de Championne d’Europe. Tu as intégré cette équipe début 2013 ! Comment as tu géré cette arrivée en lieu et place d’athlètes au palmarès détonnant ?

Sophia : C’est sûr que tout est allé très vite je trouve ! Être recrutée en 2011 chez les Espoirs par Jérémie Rollett avec seulement 400 sauts, à la fin de ma première saison en N1, était déjà une surprise. Quand j’ai appris mon entrée en équipe de France un an plus tard, c’ était une bonne nouvelle évidemment, car depuis plusieurs années je souhaitais intégrer le haut niveau et la compétition internationale !! Le planning était effectivement déjà bien chargé pour cette première année, c’est simple j’ai doublé mon nombre de sauts en 8 mois !

« Je me suis tout de suite sentie en confiance et accompagnée dans ma progression grâce à l’excellent coaching de Marin mais également grâce à l’attitude, la modestie des 3 champions du monde en titre »

Dès les premiers entrainements, Marin, Laurence et Perrine étaient assez satisfaits du niveau de base de l’équipe. Christine et moi, les deux nouvelles, avons vraiment été très bien accueillis. Je crois que l’état d’esprit et la solidarité qui règnent dans l’équipe nous ont vraiment aidés à gagner les Championnats d’Europe et Coupe du Monde en 2013. Nous n’étions pas favorites pour cette compétition et malgré des sauts de qualité moyenne, l’esprit d’équipe et la confiance mutuelle nous ont permis de garder un mental fort et une hargne, nécessaires pour remporter le titre.

Le maitre mot de l’année 2013 pour moi sera « inattendu », même si derrière tout cela, il y a beaucoup de travail et que je ne compte pas m’arrêter là !

FFP : Sophia, déjà à fond sur 2014, avec un enchainement de sauts, soufflerie, compétitions aux US et les Championnats Indoor Paraclete., Deland ….Comment tu gères ta récupération ?…et ton mental ?

Sophia : Cette saison est bien remplie, avec un circuit d’hiver très fructueux ! Un de nos axes de travail majeur pour l’équipe consiste à participer à beaucoup de compétitions. Après le travail de fond sur les techniques de vol, il faut maintenant savoir appréhender la compétition, la gestion du stress, et aller chercher l’endurance pour donner le meilleur sur 10 manches …. Même si j’ai fait 3 saisons de VR sur le circuit national avant l’équipe de France, ça n’est pas comparable à une compétition internationale où l’on représente la France.

CV Express

  • Centre de cœur : MAUBEUGE
    • 25 ans
  • Célibataire, en couple avec ******
    • Études de droit et un master 2
  • Dans la logistique chez INGENICO
    • Parachutiste sportive depuis 7 ans
  • Vole avec AERODYNE Pilot 104
    • Commence avec l’ASPU
  • 1er saut en automatique / 1300 sauts
    • 1m71 « légère » !
  • Licenciée à Melun

Championne d’Europe /Or en Coupe du Monde

Sophia-Avion

J’avais ressenti un réel manque de maturité en Bosnie dans ce domaine et maintenant après 4 nouvelles compétitions je me sens bien plus à l’aise, avec le sentiment de savoir bien mieux gérer mes ressentis et appréhensions. Les stages s’enchainent assez vite, la saison avance, mais je fais en sorte de m’aménager des plages de récupération avant et après chaque stage. J’essaie de faire au mieux pour combiner ma vie personnelle, professionnelle, mes amis, ma famille, mes loisirs et le parachutisme qui est aujourd’hui prédominant bien sûr.

FFP : Le Vol Relatif, sport d’équipe ! Justement parlons en de l’équipe. Comment gérez vous les temps forts -progression, déblocage technique, résultats – mais aussi les temps faibles ?

Sophia : Sport d’équipe oui ! Le partage, l’échange, la solidarité, la mutualité c’est ce que je recherchais et je trouve tout ça dans le vol relatif. Concernant les temps forts, il y en a eu quelques-uns déjà en compétition, c’est évidement des très bons moments et des souvenirs à vie ! Mais l’équipe fonctionne en permanence en remise en question, c’est une de nos forces je pense. On a toujours en tête le chemin (très long) qui nous reste à parcourir, avant d’atteindre un jour le niveau des meilleures équipes Open.

« Quand on gagne une compétition, nous sommes loin de nous reposer sur nos lauriers, on sait tout de suite identifier les erreurs que nous avons faites et qu’il faudra corriger la prochaine fois.»

C’est le même fonctionnement en entrainement, on discute beaucoup lors des débriefings, on échange sur nos ressentis et la réalité du vol. Quand on rencontre une difficulté, chacune essaie de trouver une solution à son niveau. Bien sûr le rôle de notre entraineur Marin est prépondérant à cette étape, son expérience et sa pédagogie sont très précieuses. Par exemple lors notre dernier stage d’entrainement à Eloy en Janvier, qui n’est pas vraiment un temps faible mais plutôt une phase de progression ralentie, Marin a adapté le programme d’entrainement journalier selon notre forme physique et mentale, trouvé des astuces pour débloquer des techniques, reformulé les briefings quand nécessaire, etc. Bref, il a fait en sorte que cet entrainement, s’il n’était pas excellent, soit tout de même utile. Et nous avons effectivement vu les résultats 3 semaines plus tard à Deland (USA)!

FFP : Plus de deux points de moyenne sur les Knights en début de saison au Paraclete XP ( USA) : on a coutume de dire que l’on ne gagne pas un Championnat du Monde grâce à la soufflerie : info ou intox ?

Sophia : A l’évidence, on ne gagne pas un Championnat du Monde uniquement grâce à la soufflerie. Un Championnat du Monde c’est 10 sauts d’avion et il y a tout un ensemble de paramètres qui changent par rapport au vol indoor. Même si c’est une très bonne reproduction des sensations de la chute libre, cela ne sera jamais 100% identique à un saut d’avion. Néanmoins, l’inverse est vrai aussi maintenant : on ne peut plus gagner un championnat du monde sans soufflerie. C’est devenu un outil nécessaire et indispensable. Cela permet d’effectuer un travail préparatoire et de fond pour les sauts d’avion, de rentrer dans les détails, de repérer les moindres mauvaises attitudes ou positions qui peuvent ralentir le vol et bien sûr de faire du volume à moindre coût ! La soufflerie est réellement complémentaire mais ne doit pas être le support d’entrainement principal.

FFP : Sophia, y a t’il une vie à côté du para ? pro et perso!

Sophia : L’équipe de France, le parachutisme, occupent une grande part de ma vie actuelle, mais je fais en sorte de ne pas négliger le reste. Par exemple, je suis une passionnée de cinéma donc dès que je rentre de stage, c’est session de rattrapage dans les salles ! Pour l’instant je bénéficie d’une CIP (convention d’insertion professionnelle) qui me permet de m’entrainer (c’était le plus important donc c’est parfait !) mais je n’ai pas de jours supplémentaires pour une semaine de vacances, donc soit je travaille soit je m’entraine tous les jours de l’année. Cela demande de l’organisation : je passe très rarement un WE chez moi, mais pour l’instant j’ai trouvé le bon équilibre.

FFP : Le haut niveau c’est une superbe expérience qui passe dans notre vie ! et après, déjà des idées ?

Sophia : Effectivement c’est un moment de ma vie que je savoure, et je n’en suis qu’à mes débuts, j’espère continuer encore bien des années ! Mais quand je m’arrêterai, je pourrai me consacrer au voyage ! Depuis que j’ai commencé le vol relatif, je n’ai plus vraiment le temps ni le budget nécessaire… J’ai toujours été passionnée par les autres cultures et je suis toujours très curieuse de découvrir de nouveaux pays. Alors je sais quoi faire de mes vacances quand je serai une retraitée ! Pourquoi pas en faisant le tour des DZ d’ailleurs ?

EquipeSophia

Équipe de France
Vol Relatif à 4 Féminin

HERVE Laurence
MALNIS Christine
SANCHEZ Perrine
PECOUT Sophia
GRANDCLER Rémy(v)

Entraineur : FERRE Marin

Propos recueillis par Patrice Girardin / Photos Rémy Grandcler
Retrouvez cet article sur facebook