Fédération Française de Parachutisme » Trophée “Gloire du sport” de la FISF

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

Trophée “Gloire du sport” de la FISF

Dec. 2016 - Actualités    | Vol relatif France   

Mardi 29 novembre 2016 à 18h30 a eu lieu la 24ème édition de la cérémonie célébrant « Les gloires du sport » à la Maison du Sport Français à Paris, en présence de Monsieur Denis Masseglia, Président du Comité National Olympique et Sportif Français et de Madame Thérèse Salvador, Présidente de la Fédération des Internationaux du Sport Français. La FISF a honoré, lors de cette soirée, des figures sportives et des personnalités qui se sont distinguées à travers leur palmarès exceptionnel, leurs exploits, leur investissement au plus haut niveau dans les instances internationales et leur engagement professionnel en faveur du sport.

Après avoir distingué l’année dernière l’équipe de France de handball, le deuxième Trophée du Musée national du sport, présenté par Madame Marie-Claude Feydeau, Présidente de la FFP et Monsieur Jean-Michel Poulet Directeur Technique National de la FFP, honorera cette année les équipes de France de Vol Relatif à 4 de la période 1986-1994 : l’équipe France-TAG (1986 – 1989) composé de Jérôme Bunker– Frank Mahut– Eric Fradet – Philippe Schorno et l’équipe France-Essonne (1990 – 1993) composée de Jean Marc Champilou– Jérôme David – Philippe Schorno– Patrick Saget – Eric Fradet.

mms_img742063506

 Eric Fradet, Jérôme David, Jean-Marc Champilou, Patrick Saget,
Marie-Claude Feydeau, Frank Mahut et Jean-Michel Poulet

mms_img-470138793
Thérèse Salvador Présidente de la FISF et
Marie-Claude Feydeau Présidente de la FFP

mms_img1467165248
Monsieur Denis Masseglia, Président du CNOSF

TROPHÉE PRÉSENTÉE PAR :
Marie-Claude Feydeau, Présidente de la FFP & Jean-Michel Poulet, Directeur Technique National

Equipe récompensée :
Equipe de France de VOL RELATIF à 4 (VR4 France) sur la période 1986-1994

 

1

France-TAG 1986 – 1989
Jérôme Bunker – Frank Mahut – Eric Fradet – Philippe Schorno

2

France-ESSONNE 1990 – 1993
Jean Marc Champilou – Jérôme David – Philippe Schorno – Patrick Saget – Eric Fradet

Depuis sa création en 1973, le Vol Relatif à 4 (VR4) est l’une des épreuves reines du parachutisme sportif. Les championnats du monde se déroulent tous les deux ans. Durant les années intercalaires est organisée une coupe du monde. Tous les deux ans, le Trophée qui récompense les champions du monde de VR4 est remis en jeu. L’Excalibur est une épée mythique sur le socle de laquelle sont aujourd’hui gravées 12 plaques américaines, 7 plaques françaises, 2 plaques belge et 1 plaque suisse. Pour elle, des générations entières de « relativeurs » se sont affrontées avec bravoure en quête du Saint Graal … Les 7 plaques françaises ont été gagnées par plusieurs équipes tricolores successives, la première date de 1987, la plus récente remonte à 2010, année historique d’un triplé en or inédit avec le grand chelem VR4, VR4 fille et VR8.

 A chaque fois il a fallu des groupes unis, solides mentalement, créatifs, bien organisés, et passionnément dédiés à ce rêve de retirer l’épée du rocher. Parmi les différentes générations, celle de 1986-1994 est un peu la pionnière puisqu’elle a obtenu le premier titre. Mais ce qui la rend unique, c’est cette suite impressionnante de 8 titres mondiaux consécutifs enchainés sur 4 championnats du monde et 4 coupes du monde. Elle fut invaincue d’août 1986 à septembre 1994. Une tradition de gagne est née à cette époque, se transmettant ensuite à l’équipe Maubeuge Nord Pas de Calais de 1999 et 2003, puis au groupe de l’épopée 2006-2010 qui a dominé le VR8, et réalisé ce fameux triplé en 2010.

Depuis les premiers championnats du monde de 1975, ce sont tour à tour les américains, les canadiens et les suisses qui avaient dominé. En 1985, une redoutable formation américaine dénommée « Air Bears » avait ébloui le microcosme du vol humain par des sauts d’une très grande fluidité. C’est à cette époque que les jeunes du club de Bergerac Frank Mahut, Eric Fradet et Philippe Schorno obtinrent leur première médaille de bronze grâce au soutien de la Fédération Française de Parachutisme et de leur sponsor Coca-Cola. Formant le noyau de départ, ils seront renforcés par l’arrivée de Jérôme Bunker en janvier 1986. Dès lors, l’histoire est en marche. Première victoire durant le mois d’août en France lors de la coupe du monde 1986. Puis confirmation en 1987 au Brésil par un éclatant premier titre de champion du monde. Première plaque sur l’épée. De 1986 à 1989, le groupe est sponsorisé par TAG, les performances décollent. L’équipe est admirée dans le monde entier. Elle décroche l’or à la coupe du monde 1988 de Vichy, puis aux championnats du monde 1989 d’Espagne. Quatre années d’un règne sans partage … mais une situation délicate qui pointe à l’horizon pour Philippe Schorno et Eric Fradet. Franck Mahut et Jérôme Bunker arrêtent, la vie de bohême ce n’est pas à l’infini, ils optent pour une reconversion professionnelle. C’est Jérôme David et Patrick Saget, deux jeunes très motivés, qui sont choisis pour les remplacer. Autre changement majeur : TAG se retire. Aux côtés de la FFP, c’est le Département de l’Essonne qui devient le nouveau partenaire de l’équipe. La menace est d’autant plus forte qu’outre-Atlantique, les américains reconstituent une sérieuse armada, avec des anciens de l’équipe « Air Bears », bien déterminés à reprendre le titre. La France remporte la coupe du monde 1990 avec son équipe renouvelée à 50% … mais les américains n’avaient pas envoyé leur équipe qui cachait son jeu. Le choc aurait lieu lors des championnats du monde 1991 en Tchécoslovaquie lors d’un duel épique. Après les neuf premières manches de compétition, seuls deux petits points (quasiment rien) séparent français et américains. La maigre avance tricolore sera-t-elle suffisante avant le dernier saut de finale ? Coup de tonnerre à Lucenec en ce 4 août 1991, les américains s’élancent et battent le record du monde. Ils réalisent 22 points sur leur dixième saut. C’est l’heure de vérité pour l’équipe France Essonne qui s’élance une minute plus tard du même hélicoptère. Pour les plus jeunes, une vie entière va se jouer en 35 secondes. Le vol est un peu tendu, appliqué, puis il accélère … 23 points ! Le record du monde américain établi deux minutes plus tôt est battu. La France reste sur le toit du monde. Jamais un titre n’avait été aussi disputé. Les américains terrassés ne s’en remettront pas, la voie est libre pour une écrasante domination lors de la coupe du monde 1992, puis lors des championnats du monde 1993 que le 4 France remportera sur les terres américaines en Arizona. Invaincue, l’équipe en restera là, Philippe Schorno et Patrick Saget décidant à leur tour d’opter pour une reconversion professionnelle. L’année suivante, en septembre 1994 lors de la coupe du monde d’Espagne, Jérôme David et Eric Fradet livreront une bataille âpre aux côtés de deux nouveaux jeunes coéquipiers, mais ils devront s’incliner de quelques points face aux américains. Comment alors se réjouir d’une seconde place ? Etre vice-champion en ces temps-là, c’était perdre.

Marquante, cette génération le fut aussi par ses innovations. Les TAG furent les premiers à enchainer des saisons à 1000 sauts par an. Ils partaient l’hiver entier s’entraîner en Floride et furent les premiers à utiliser des plieurs afin de pouvoir exécuter jusqu’à 10 sauts par jour. Sous leur ère, les performances augmentèrent de 11 à 15 points de moyenne par saut. A cette époque, les sauts étaient jugés depuis une vidéo du sol dotée d’un puissant téléobjectif. Il s’agissait d’être clair et de bien montrer les séparations entre chaque figure. Le vol des TAG est très discipliné, très rectiligne. Sous l’ère Essonne en revanche, on commence peu à peu à tordre les figures afin de réduire les distances. Le jugement étant désormais effectué à partir des images vidéo air délivrées aux juges par le cameraman Jean Marc Champilou, cette nouvelle règle offre de nouvelles perspectives. C’est Essonne qui inventa le vol en superposition. L’astuce consistait à se passer dessus dessous plutôt que de se contourner afin de raccourcir les trajectoires. Le vol moderne en 3D pratiqué aujourd’hui par toutes les équipes, c’est eux qui l’ont inventé, poussant ainsi les performances de 15 à 20 points de moyenne. Une barrière mythique à l’époque. Ce n’est qu’à partir des années 2000, que la généralisation du vol indoor en soufflerie permettra un nouveau bond vers les performances actuelles. A chaque époque ses champions, la jeune équipe française actuelle, médaille de bronze aux derniers championnats du monde de Chicago, se bat aujourd’hui contre les belges, les américains, les russes et les qataris dans une fourchette de moyennes comprises entre 25 et 28 points. L’objectif pour 2018 est la reconquête du Saint Graal. Pour la Fédération Française de Parachutisme, l’objectif est aussi de faire rentrer le parachutisme aux Jeux Olympiques grâce à la soufflerie qui est un formidable outil de promotion de ses activités.

Marquante, cette génération exceptionnelle l’est enfin par sa contribution au sport parachutiste. Il est traditionnel lorsque l’on excelle dans un art de vouloir y durer afin de s’y réaliser. C’est exactement le cas des membres TAG et Essonne qui ont tous accomplis une reconversion professionnelle réussie dans le parachutisme. Quatre d’entre eux sont cadres d’Etat à la FFP : Jérôme David et Frank Mahut sont adjoints à la Direction Technique Nationale; Philippe Schorno est entraîneur national ; Eric Fradet est conseiller technique national. Jérôme Bunker est pour sa part gérant d’une entreprise française de vente de parachutes, tandis que Patrick Saget est moniteur de parachutisme. Seul le caméraman Jean-Marc Champilou a finalement « échappé » à la passion des airs. Il est moniteur de sport au Ministère de l’Intérieur. Recruter ses meilleurs éléments afin de perpétuer l’excellence est une stratégie de la fédération qui a porté ses fruits. Si la France est aujourd’hui la meilleure nation mondiale toutes disciplines confondues depuis 2003, cela n’est pas un hasard. Issu de cette même époque, l’actuel directeur du pôle France Christian Lubbe fut aussi une figure légendaire de la précision d’atterrissage et de la voltige internationale. Il détient toujours le record du monde de voltige depuis bientôt 30 ans. Héritier de la génération 2006-2010 qui a dominé le VR8 mondial, Mathieu Bernier est l’actuel Entraîneur National. Il est le seul compétiteur au monde à avoir réalisé le doublé VR4-VR8 la même année. Quant au Directeur Technique National, Jean-Michel Poulet, avec 15 titres mondiaux remportés dans la discipline du voile contact, il est tout simplement le parachutiste français le plus titré de l’histoire.

derniers articles