Fédération Française de Parachutisme » [Bulgarie – ZOOM sur : François Barriot]

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

[Bulgarie – ZOOM sur : François Barriot]

août. 2018 - Championnat du Monde    | P.A / Voltige France   
François Barriot démarre le parachutisme ascensionnel tout jeune, à 12 ans, puis le saut d’avion à 15 ans, disciplines qu’il pratique toujours. En 2004, l’occasion lui est donnée de relier les deux en participant au championnat de France multi-disciplines organisé à Vannes, cette année-là. En 2005, il s’inscrit dans le circuit des coupes de France avec l’équipe de Tarbes Bigorre. Il est d’ailleurs, actuellement, le capitaine de l’équipe Parachutisme Tarbes Bigorre 1. En 2017, il intègre le collectif France en réserve pour le championnat d’Europe. Et, en 2018, il est appelé pour faire partie du collectif. Il participe aux différents stages des équipes de France ainsi qu’aux différentes coupes de France, avant d’être sélectionné par l’entraineur national, Jacques Baal, et le Directeur Technique National, Jean-Michel Poulet, pour partir en Bulgarie sur le championnat du monde. En parallèle, il participe au championnat de France organisé à Vichy où il remporte la médaille d’or, en Précision d’Atterrissage, avec son équipe de Tarbes Bigorre. C’est à Vichy d’ailleurs qu’il réalise son 1000e saut d’avion !
Sur ce championnat du monde, son intention est d’obtenir le titre en équipe et, si possible, d’être bien positionné en individuel, « même s’il ne s’agit pas de mon objectif numéro 1. Mon point fort, c’est peut-être mon expérience. J’ai 2900 vols en ascensionnel et cela fait 28 ans que je pratique. Avoir pu commencer l’ascensionnel très tôt me permet aussi de capitaliser quelques années de pratique en plus. J’ai aussi la capacité de voler assez bas, surtout quand la météorologie est difficile. Du coup, à l’étagement, je n’ai pas peur de descendre bas. Mon point majeur d’amélioration, c’est peut-être de savoir m’économiser 😊. Je fonctionne beaucoup sur l’humain. Comme j’ai l’habitude de driver l’équipe de Tarbes, je vais aussi avoir ce côté un peu paternaliste avec mes co-équipiers de l’équipe de France. Je donne beaucoup pour l’équipe et j’ai tendance à oublier un peu de me préserver pour mes performances individuelles ».

derniers articles