Fédération Française de Parachutisme » 291 : Communiqué de presse – La Fédération Française de Parachutisme, une ambition olympique

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

291 : Communiqué de presse – La Fédération Française de Parachutisme, une ambition olympique

02 mai 2018 - Informations générales   

Depuis 1961, la Fédération est reconnue comme le seul organisme représentatif des activités du parachutisme sportif. Elle a pour objet de promouvoir, organiser, orienter et coordonner le parachutisme sous toutes ses formes. En 2009, elle a été désignée délégataire pour le vol en soufflerie. Sur cette olympiade, la FFP porte l’ambition d’intégrer cette discipline de vol en soufflerie au programme des jeux. Projet phare des élus de la fédération, cette démarche s’inscrit dans un contexte mondial qui voit l’activité se déployer à grande vitesse. Après avoir proposé l’entrée de la discipline au CNOSF, dès décembre 2016, un groupe de travail a été mis en place pour peaufiner ce dossier soutenu par toute la communauté parachutiste internationale. En mai 2017, le président de la Commission Internationale du Parachutisme a apporté son soutien à la FFP ; soutien conforté par la Fédération Aéronautique Internationale. L’organisation du prochain Championnat du monde de vol en soufflerie, à Weembi-Lille, en avril 2019, s’inscrit dans cette démarche de partage et de modélisation.

Le vol en soufflerie
Les souffleries horizontales furent inventées pour étudier les effets de l’écoulement d’air sur le corps, dès 1800. Avec le développement de l’aéronautique militaire, à partir de 1910, et après la première guerre mondiale, les grandes nations se sont mises à construire des souffleries d’une taille de plus en plus importante. C’est en 1964, sur la base aérienne de Wright-Patterson, située à Greene, aux Etats-Unis, que Jack Tiffany fut le premier homme à voler, dans un tunnel à vent vertical. La première soufflerie verticale, construite uniquement pour un usage commercial, a ouvert ses portes à l’été 1982 à Las Vegas et la première soufflerie  à usage sportif  a vu le jour à Orlando, en Floride, quelques années après. A l’aube du 21ème siècle, le développement des souffleries s’est intensifié, puis a explosé à la fin des années 2000. Aujourd’hui, 139 souffleries sont en activité dans le monde, 30 sont en construction et 39 sont annoncées.

Le projet de la FFP pour la soufflerie
Si, aujourd’hui, les sportifs utilisent la soufflerie comme moyen d’entrainement, de nombreuses équipes concourent dans les deux sports (vol en soufflerie et sauts d’avion). A l’avenir, le niveau mondial étant tellement élevé tant en parachutisme qu’en soufflerie, il sera indispensable d’aller vers une spécialisation.
2018 est une année charnière où la FFP va définir un certain nombre de critères : les caractéristiques nécessaires pour atteindre le plus haut niveau en championnat du monde en soufflerie, le nombre d’heures d’entrainement, le programme des cycles d’entrainement, les capacités de chacun.
En parachutisme, le temps de travail est limité, après la sortie d’avion, à environ 50 secondes de chute libre, ne permettant de réitérer la performance qu’après le pliage de la voile et la nouvelle montée en avion (soit environ 35 minutes). Le tunnel, pour sa part, permet d’enchainer des sessions d’entrainement de 10, 20 ou 30 minutes consécutives. La FFP va définir la capacité à absorber les volumes tout en étant attentive à la préservation de l’intégrité des sportifs et des pratiquants.
Il sera donc essentiel de trouver un juste équilibre entre une préparation suffisante pour que les athlètes continuent à progresser sans qu’il y ait surentrainement ou blessures, car la soufflerie a révolutionné les techniques en vol et les sportifs ont augmenté de manière importante le nombre d’heures de vol.
La FFP est en train de structurer cette préparation physique qui doit être spécifique et en lien avec la logique interne de cette discipline sportive. Les sportifs bénéficieront d’un apprentissage incluant une préparation physique plus importante. Pour pratiquer à haut niveau, il est indispensable de maîtriser le flux d’air ; ce dernier variant de 280 ou 300 km/heure.

Le Projet d’intégration aux Jeux
Associer la Fédération Française de Parachutisme dans son engagement d’intégrer les jeux aux côtés de #Paris2024 s’inscrit bien dans les mêmes objectifs sportifs, de reconnaissance de l’excellence et de mobilisation de tous les pratiquants.
En ayant participé à de nombreuses compétitions européennes et mondiales, mais, surtout, en ayant organisé de nombreux championnats de France et du Monde, la FFP a l’expérience nécessaire pour accompagner le Comité d’organisation dans le bon déroulement de l’épreuve. En amont, en s’adossant à la Fédération Aéronautique Internationale et à l’Aéroclub de France, elle aura à cœur de créer de nombreux partenariats avec les fédérations internationales pour faire progresser ce dossier au fil des mois.
Vouloir porter une candidature pour les Jeux est un enjeu passionnant, enthousiasmant, où tous les acteurs sont les bienvenus. Cela ne pouvait se réaliser que par la mobilisation, manifeste, pleine et entière, de toute la grande famille parachutiste mondiale. C’est en ce sens que David Roth, président de la FFP et Marie-Claude Feydeau, vice-présidente, accompagné de Jean Michel Poulet, Directeur Technique National font partager ce projet commun lors de toutes les compétitions internationales.

Contact presse :
Marie-Luce Bozom : 06 15 15 63 20
Marie Galvaing : 06 81 62 51 26 – phoebus-communication@orange.fr
http://www.ffp.asso.fr/

Télécharger (PDF, 930KB)