Fédération Française de Parachutisme » 278-Dossier de Presse 2018

FFP #Flyin2024
Projet Olympique

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

278-Dossier de Presse 2018

16 août 2018 - Haut Niveau    | Informations générales   

Edito L’année 2018, une année riche en événements et projets pour la FFP

“Déjà en partie réalisé en 2017, le projet fédéral de la FFP verra son aboutissement en 2018 avec, entre autres, l’implication des ligues dans le développement de la pratique sportive. La valorisation du sport de Haut Niveau, par des actions de repérage, relayées vers le national au travers d’un nouveau dispositif renforcé, s’inscrit dans une nouvelle dynamique aux côtés des stages d’incitation et de détection. Elément majeur, ces stages bénéficient d’un encadrement bénévole par des membres des équipes de France et/ou de l’entraîneur national, et balisent le chemin vers l’excellence. Enfin, les stratégies de recrutement pour intégrer un pôle d’EXCELLENCE sont liées aux résultats obtenus lors des compétitions internationales. A ces résultats, sont aussi associés, des critères physiques et techniques de sélection, permettant l’intégration dans le collectif relève. Résolument tourné vers le renforcement de la pyramide d’accès vers le haut niveau, le projet politique de la fédération prévoit, également, de s’appuyer davantage sur les clubs, comités départementaux et ligues, afin de stimuler l’organisation et la pratique de la compétition. En agissant sur tout l’écosystème des sportifs, tant pour tendre vers le haut niveau, que dans le cadre d’une pratique de loisir, la Fédération Française de Parachutisme s’engage auprès de tous les pratiquants y compris auprès des sportives féminines et des personnes en situation de handicap qui sont au cœur du projet. L’autofinancement des sportifs demeure une partie très importante de l’équilibre de la balance du Projet de Performance Fédérale 2017-2021. Après de nombreux mois d’échange et d’investissement sur ce dossier, la Fédération Française de Parachutisme travaille donc, avec engagement, à sa réalisation. Vers les Jeux … Suite à l’organisation de la première coupe de France de Vol en soufflerie en janvier à Lyon, la FFP apprenait l’obtention par la France de l’organisation du prochain championnat du monde de vol en soufflerie. Cette troisième édition aura lieu du 16 au 20 avril 2019, à Weembi, Lille-Lesquin (59). C’est dans ce contexte mondial de déploiement à grande vitesse de cette activité, que s’inscrit la démarche de la fédération d’intégrer le Vol en soufflerie au programme des Jeux. Après avoir proposé l’entrée de la discipline au Comité National Olympique et Sportif Français, dès décembre 2016, un groupe de travail a été mis en place pour peaufiner ce dossier, soutenu par toute la communauté parachutiste internationale. En mai 2017, le Président de la Commission Internationale de Parachutisme a apporté son soutien à la FFP ; soutien conforté par la Fédération Aéronautique Internationale. Des réunions de travail s’en sont suivies, en juin et juillet 2018, pour affiner la démarche. Associer la Fédération Française de Parachutisme dans son engagement d’intégration des jeux, aux côtés de #Paris2024, s’inscrit bien dans les mêmes objectifs sportifs de reconnaissance de l’excellence et de mobilisation de tous les pratiquants. Vouloir porter une candidature pour les Jeux est un enjeu passionnant, enthousiasmant, et tous les acteurs sont les bienvenus. Cela ne pouvait se réaliser que par la mobilisation, manifeste, pleine et entière, de toute la grande famille parachutiste mondiale. C’est en ce sens que, avec Marie-Claude Feydeau, Vice-Présidente, et Jean-Michel Poulet, Directeur Technique National, nous faisons partager ce projet lors de toutes les compétitions ou rencontres nationales et internationales.”

INFORMATIONS PRESSE
La Fédération Française de Parachutisme est détentrice de tous les droits sur les images des sauts filmés en compétitions nationales. Récupérées sur la drop zone, auprès du vidéoman de l’équipe, immédiatement après leur transmission aux juges, ces images (photos et vidéos), libres de droit, seront mises à disposition des médias, sur Dropbox. Un point presse sera envoyé quotidiennement, ainsi que le lien vers ces photos et vidéos. Les résultats, mis à jour au fil des épreuves, seront consultables sur un espace dédié sur le site internet de la Fédération Française de Parachutisme.

CHAMPIONNATS DE FRANCE DE PARACHUTISME SPORTIF – 2 AU 7 AOÛT 2018

“Les 61es championnats de France toutes disciplines, le 5e championnat de France ascensionnel et le 5e championnat de France de Voltige Tandem HandiFly, se tiendront du 2 au 7 août, à l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03). Les 200 compétiteurs attendus se disputeront le titre national dans sept disciplines : Voile Contact, Vol Relatif, FreeFly, Free Style, Précision d’Atterrissage, Voltige, Voltige Tandem HandiFly et Ascensionnel. Ce site de Vichy, connu et apprécié des athlètes, de l’organisation et des équipes techniques, accueille, depuis 2010, cette grande compétition nationale. Les championnats de France de la FFP constituent une magnifique vitrine pour le parachutisme sportif. Sur ces quelques jours, la quasi-totalité des disciplines sous voile (Voile Contact, Précision d’Atterrissage, Ascensionnel) et de chute libre (Vol Relatif, Freestyle, Freefly, Voltige et Voltige Tandem HandiFly) cohabitent sur un même évènement et ont, chacune, leur épreuve dédiée. Seul le Pilotage Sous Voile, pour des raisons techniques, verra son championnat de France se dérouler indépendamment, à Orléans, du 7 au 9 septembre 2018. Le public de Vichy apprécie tout particulièrement la Précision d’Atterrissage, où les concurrents tentent d’atteindre le centre d’une cible posée au sol, après avoir été largués à 1000 mètres d’altitude. Dans chaque épreuve, la compétition regroupe les parachutistes qualifiés dans le cadre du circuit «Coupe de France». Environ 200 parachutistes, venus de toutes les régions françaises et sélectionnés lors de ces Coupes de France 2018, s’affronteront. Les membres des équipes de France de FreeFly, Free Style, Voile Contact, Vol Relatif et Précision d’Atterrissage/Voltige seront également présents, avant la grande échéance des championnats du monde, à Gold Coast, en Australie, du 6 au 13 octobre, et du 24 au 31 août, en Bulgarie, pour la Précision d’Atterrissage /Voltige. Parmi eux, à l’invitation de la FFP, une équipe portugaise de Précision d’Atterrissage, participera à la compétition hors classement. Techniciens, bénévoles, juges, pilotes, personnel de la FFP…, ce sont près de 100 personnes qui vont permettre le bon déroulement de cet événement majeur dans le monde parachutiste français. Ainsi, tout sera prêt pour assurer des championnats de France de très haut niveau, rien n’étant laissé au hasard.”

PROGRAMME :

– 2 au 5 août : Championnats de France toutes disciplines Voile Contact, Vol Relatif, Free Fly, Free Style, Précision d’Atterrissage/Voltige, Voltige Tandem HandiFly.
Tous les jours : épreuves de 7h45 au coucher du soleil.
Podiums : dimanche 5 août à 16h00.
– 5 au 7 août : Championnat de France ascensionnel Début des épreuves le dimanche 5 août à 14h00.
Le lundi 6 août, les épreuves débuteront à 9h00 et finiront à 19h30.
Le mardi 7 août le début des épreuves aura lieu à 9h00 et les podiums à 15h00.

“En reprenant à son compte l’organisation des championnats de France en 2010, la FFP a fait le choix de Vichy. La fédération connaissait déjà parfaitement bien la région puisqu’elle entretenait, depuis de nombreuses années, d’excellentes relations avec les élus locaux et la direction du centre omnisports. Cette région, centrale, est accessible à tous, et permet à nos compétiteurs des quatre coins de la France de rejoindre l’aérodrome de Vichy-Charmeil en minimisant les kilomètres. En 2016 la fédération, la Ville de Vichy et l’Office de Tourisme et du Thermalisme de Vichy ont officialisé leurs relations, par la signature d’une convention de partenariat.”

Un saut en parachute…
…consiste à sauter à une hauteur entre 1.000 à 4.000 mètres, principalement d’avion ou d’hélicoptère. Mais aussi d’U.L.M. ou de montgolfière lors de manifestations. Les parachutistes évoluent seuls ou en groupe. Le parachute comprend une voile principale et une voile de secours. Après une chute libre, le parachutiste ouvre son parachute à l’altitude de sécurité déterminée par son altimètre. Le saut est donc composé de deux phases : la chute libre et le vol sous voile ouverte. Il est possible de sauter à deux (en tandem) et de pratiquer plusieurs disciplines en vol.

Chiffres clés…
– 56.126 licenciés en 2017.
– 60 % ont entre 26 et 49 ans,
– 19.759 femmes, soit 35%.
– 11 équipes de France dont 5 équipes mixtes hommes et femmes, 48 compétiteurs, dont 15 femmes.
– 2 équipes espoir, dont 4 femmes et 5 hommes.
– 4 équipes relève, dont 7 femmes et 10 hommes.
– 30 médailles, dont 18 en or, ont été remportées par les équipes de France en 2017.

 

LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE PARACHUTISME : FFP

La Fédération Nationale des Parachutistes Français (FNPF), créée le 10 décembre 1949, sous tutelle du Service de l’Aviation Légère et Sportive du Ministère des Travaux Publics et des Transports, devient la Fédération Française de Parachutisme, le 10 décembre 1968. Elle quitte le giron du Ministère des Transports pour celui de la Jeunesse et des Sports, en 1972. La Fédération Française de Parachutisme se compose de : 13 Ligues, 31 Comités départementaux, 152 clubs associatifs, des licenciés, à titre individuel, agréés par le Comité Directeur, des membres d’honneur ou bienfaiteurs, agréés par le Comité Directeur, 56 écoles qui assurent la formation des élèves et l’encadrement de l’activité à tous les niveaux, réparties entre : 34 écoles associatives, 22 écoles commerciales, dans les conditions de la charte des établissements agréés adoptée par l’assemblée générale et 5 souffleries indoor. La FFP, délégataire de l’Etat pour le parachutisme sportif, en collaboration avec le Directeur Technique National, doit mettre en œuvre une politique sportive d’intérêt général, s’inscrivant dans les orientations ministérielles définies par le Ministère des Sports. Ce partenariat entre l’Etat et la Fédération Française de Parachutisme, se traduit par des aides au fonctionnement, apportées par le Ministère. En contrepartie, la FFP, bien qu’autonome, est régie par des statuts imposés qui garantissent une transparence et un fonctionnement démocratique.

LES JUGES

DÉSIGNATION AUX COMPÉTITIONS

La FFP désigne les juges fédéraux aux compétitions fédérales, coupes et championnats de France. Dans les disciplines pour lesquelles ils sont qualifiés, les juges font acte de candidature, en fin d’année, pour l’année suivante. Les juges sont désignés pour telle ou telle compétition selon : l’aptitude dans la discipline, le partage équitable des compétitions entre les juges, et l’éloignement des lieux de compétitions. Le chef juge de l’épreuve d’une compétition internationale peut choisir des juges français, qualifiés FAI, dans une liste proposée par la FFP.

LA DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE -DTN

Elle est composée de personnels du Ministère des Sports placés auprès de la Fédération. Les cadres techniques sont sous l’autorité du Directeur Technique National, Jean-Michel Poulet, qui est, aussi, le Directeur des Equipes de France. Il est assisté de deux DTN Adjoint, Frank Mahut et Jérôme David. Tous deux sont professeurs de sport et titulaires du BEES.

La Direction Technique Nationale a pour mission de mettre en œuvre la politique fédérale dont le haut niveau en parachutisme qui se décline suivant quatre dispositifs nationaux :
● Le dispositif d’INCITATION (pour les moins de 26 ans) qui permet la découverte et l’orientation vers les disciplines de compétition. Les stages de ce type sont programmés sur les pôles d’ACCESSION et sont encadrés soit par les entraîneurs nationaux, soit par des membres des collectifs FRANCE A et/ou RELEVE.
● Le dispositif de DETECTION qui permet le perfectionnement en vue d’une intégration dans les collectifs FRANCE. Les stages sont organisés sur les pôles d’ACCESSION et sont encadrés par les entraîneurs nationaux, en synergie avec les stages des collectifs FRANCE A et/ou RELEVE.
● Le dispositif RELEVE, composé du collectif RELEVE, alimenté par la DETECTION, permet une maturation progressive et maîtrisée (double projet) jusqu’à l’aspiration vers le collectif FRANCE A. Les stages sont organisés sur les pôles d’EXCELLENCE et sont encadrés par les entraîneurs nationaux, en synergie avec les stages des collectifs FRANCE A.
● Le dispositif FRANCE A, composé du collectif FRANCE A, alimenté par le dispositif RELEVE, permet une préparation maîtrisée (double projet) en vue des échéances internationales. Les stages sont organisés sur les pôles d’EXCELLENCE et sont encadrés par les entraîneurs nationaux.

LES DISCIPLINES SPORTIVES DU PARACHUTISME EN COMPÉTITION

1-Freefly
2-Freestyle
3-Pilotage Sous Voile 
4-Voile contact à 2
5-Voile contact à 4
6-Voltige tandem handifly
7-Vol Relatif à 8
8-Vol Relatif à 4
9-Vol Relatif Vertical
10-Précision d’atterrissage
11-Voltige

Le vol en soufflerie

1- Freestyle
2- Vol Dynamique à 2 et 4.
3- Vol Relatif à 4 et 8.
4- Vol Relatif Vertical

Le parachutisme ascensionnel

Ascensionnel

1 – LA CHUTE LIBRE

VOL RELATIF À 4 ET À 8

Le VR4 se pratique en chute libre, en position horizontale dite «à plat», en équipe de 4 compétiteurs, accompagnés par un vidéoman, avec un largué à 4.000 mètres d’altitude. Les quatre parachutistes doivent effectuer, en 35 secondes, une suite de figures imposées, tirées au sort avant chaque compétition. Ceci exige une bonne technique individuelle en chute libre, adaptée à celle des partenaires. Les seuls critères de jugement sont la technicité et la rapidité d’exécution. Les points ne sont validés que s’ils sont visibles sur la vidéo. Chaque figure correctement exécutée vaut 1 point.
Le VR8 se pratique comme le VR4 : 8 parachutistes et un vidéoman largués à 4.000 mètres, ont 50 secondes pour effectuer leurs figures.

VOL RELATIF VERTICAL

Le Vol Relatif Vertical (VRV) est l’une des plus récente discipline du parachutisme et, de loin, la plus technique. Pratiquée à 4, elle est très spectaculaire. Les équipes doivent réaliser un maximum de figures dans des orientations tête en haut et tête en bas, en un temps donné de 35 secondes. Le VRV est la quintessence du vol en équipe et les figures sont réalisées à des vitesses approchant les 280km/H dans un plan vertical. Le VRV demande une coordination exceptionnelle et un engagement physique très intense. Les équipes pratiquant cette discipline à haut niveau sont peu nombreuses.

Les Disciplines Artistiques

FREEFLY

Le Freefly consiste à réaliser des figures, durant 45 secondes, en utilisant les trois dimensions de la chute libre, après largage à 4.000 mètres d’altitude. Une équipe de freefly est constituée de deux performers et d’un vidéo-man. Les freeflyers évoluent tête en bas, debout ou assis, en volant à proximité l’un de l’autre, dans 3 axes : horizontal, vertical et diagonal. Le Freefly comporte deux parties : les enchaînements imposés, les enchaînements libres. Lors des enchaînements libres, les juges notent la technique : difficulté, technique du mouvement, précision et travail d’équipe. Et la présentation artistique: attrait visuel, originalité, composition et travail l’équipe. Pour les enchaînements imposés, les juges notent la présentation et la technique pour chacune des quatre séquences imposées.

FREESTYLE

Le Freestyle est un enchaînement de figures artistiques issues de la gymnastique. Les sauts s’effectuent à 2 : un performer et un vidéoman. Le largage a lieu à 4.000 mètres. Les compétiteurs ont 45 secondes pour effectuer leurs figures. Basée sur des figures imposées telles que le salto tendu, ou des figures libres, la chorégraphie du saut laisse place à la créativité du parachutiste avec des mouvements en 3D. Les juges évaluent la difficulté technique, l’exécution des mouvements et prennent aussi en compte les qualités artistiques et de prises de vues. Une compétition comprend des sauts de figures imposées et des sauts de programme libre. En Freefly et Freestyle, le rôle du vidéoman est prépondérant, voire encore plus important que dans les autres disciplines.

VOLTIGE

La Voltige est une discipline historique. Effectuée d’une hauteur de 2.200 mètres, c’est une discipline «explosive» faisant appel à d’excellentes qualités de coordination et d’équilibre. Après une prise de vitesse, où certains compétiteurs atteignent plus de 300km/h, il faut réaliser, le plus rapidement possible, un enchainement de 6 figures imposées en chute libre : 2 fois à la suite 2 rotations alternés de 360°, suivies d’un salto arrière. L’épreuve, filmée du sol par une caméra, est évaluée par un collège de juges qui chronomètrent les 6 figures au centième de seconde, et apprécient la qualité technique d’exécution des enchainements. Toute figure incorrectement réalisée est pénalisée en fonction d’un barème codifié en 10e de secondes, qui viennent se rajouter au temps de base des 6 figures chronométrées. Un tirage au sort détermine l’ordre des groupes à exécuter pour chaque manche avant le début de la compétition.

VOLTIGE TANDEM HANDIFLY

La Voltige tandem HandiFly est réalisée par un performer HandiFly, emmené par un co-équipier qualifié tandem HandiFly, et filmée par un vidéoman qualifié CQP vidéo. Cette voltige est composée de 4 tours alternés, à enchainer le plus rapidement possible. Trois manches sont effectuées (au minimum 1 manche pour valider l’épreuve). Les sauts en tandem sont réalisés à une hauteur de 4000 mètres. Pour le classement en compétition, un total du score réalisé sur chaque manche validée est effectué, le vainqueur étant l’équipe qui totalise le score cumulé le plus faible. Préalablement, au début des épreuves, tout performeur bénéficie d’un coefficient de compensation attribué par la commission Handicap de la FFP, à partir d’une classification fonctionnelle. Elle vise à ce que tous les performers d’une même classe aient un niveau d’aptitude fonctionnelle similaire en matière de mouvement, de coordination et d’équilibre, quel que soit leur handicap. Les manches sont jugées par un collège de 3 juges FFP ayant la qualification fédérale « juge voltige ».

2 – LES DISCIPLINES SOUS VOILE

PRÉCISION D’ATTERRISSAGE

La Précision d’Atterrissage, épreuve combinée avec la Voltige en compétition, est une discipline d’adresse où la technique de pilotage de la voile est prépondérante. Largué à 1.000 m d’altitude, le parachutiste, évoluant voile ouverte, doit, avec le talon, toucher une cible de 2cm placée au centre d’un disque électronique de 16cm de diamètre posé sur une plateforme souple, généralement en mousse. Toucher cette cible s’appelle faire un ˮCarreauˮ. Pour l’atteindre, le compétiteur vise la mire avec le talon de sa chaussure à l’ergonomie personnalisée. La performance maximale est réalisée s’il atteint le ˮCarreauˮ lors du premier impact. Il se voit alors crédité de la performance de 00cm. Chaque impact réalisé sur le disque en dehors du Carreau est mesuré électroniquement, centimètre par centimètre à partir de la bordure extérieure délimitant le carreau, jusqu’à un maximum de 16 cm. Le vainqueur sera le compétiteur ayant réalisé le minimum de centimètres à l’issue de toutes les manches réalisées lors de la compétition.

VOILE CONTACT À 2 ET À 4

Le Voile Contact consiste en un enchaînement imposé de 5 figures tirées au sort. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 1 minute. Cette discipline s’exécute «voile ouverte», par équipe de 2 parachutistes et 1 vidéoman, qui fait partie intégrante de l’équipe, après largage à 2.000 mètres d’altitude. Les compétiteurs ouvrent leur parachute dès la sortie de l’avion et réalisent ensuite, le plus rapidement possible, des séquences de figures tirées au sort, en accrochant avec leurs pieds les voiles de leurs équipiers.

Le Voile Contact à 4 est similaire au Voile Contact à 2, mais réalisé par 4 parachutistes et 1 vidéoman qui fait partie intégrante de l’équipe. Les parachutistes réalisent un enchaînement imposé de 4 ou 5 figures tirées au sort. Au cours de ces évolutions, ils pourront être amenés à voler en individuel, en binôme ou trinôme. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 2 minutes.

PILOTAGE SOUS VOILE

Le Pilotage Sous Voile est la plus jeune discipline du parachutisme sportif et une des plus techniques. Cette discipline, très visuelle, voile ouverte, consiste en un posé en « survitesse » sur une zone dédiée, après avoir entamé une trajectoire horizontale sur un plan d’eau dans une phase où la voile est «plane» grâce à une prise de vitesse, par virages serrés, débutée entre 300 et 700 m d’altitude. Les vitesses atteintes en fin de virage vont de 100 à 130 km/h.
Trois épreuves sont regroupées dans le Pilotage Sous Voile :
La vitesse : passer le plus rapidement possible entre 2 capteurs éloignés d’environ 70 mètres et disposés sur un parcours en courbe de 70°.
La distance : aller le plus loin, après avoir touché l’eau, avant les deux bouées de marque sur le bassin.
La précision : se poser dans un rectangle de 2 m par 1, debout, après avoir parcouru 4 zones d’environ 40 mètres au total sur le bassin, en touchant l’eau avec le pied.

LE PARACHUTISME ASCENSIONNEL EN COMPÉTITION

Le parachutisme ascensionnel consiste en un décollage sous parachute, sous voile, tracté par un véhicule à moteur, une automobile ou un treuil. On peut utiliser presque tous les types de voiles, voiles de saut ou ailes de parapente. Le décollage est soumis à une contrainte : il doit être effectué dans l’axe du vent et face à lui. Un vent léger facilite le décollage, mais il ne doit pas excéder 12 nœuds. Une fois l’altitude atteinte, dénommée «apogée», le parachutiste, après libération du câble à l’altitude, manœuvre sa voile et redescend comme dans un saut classique en parachute. L’ascensionnel est de plus en plus utilisé pour l’entrainement en Précision d’Atterrissage par les équipes de France qui peuvent ainsi multiplier les vols, à moindre coût.

LE PARACHUTISME HANDIFLY

La Fédération Française de Parachutisme ouvre la pratique du parachutisme, depuis de très nombreuses années, aux personnes en situation de handicap. Elle a mis en place des qualifications «handicapés» auprès des Brevets d’États désireux de compléter leur titre professionnel. Elle a également signé une convention avec la Fédération Française Handisports. Le saut «tandem» et, encore plus, le vol ascensionnel, proposé à celles et ceux qui sont désireux de découvrir le parachutisme, est parfaitement adapté aux personnes à mobilité réduite. En 2013 et 2014, la FFP a organisé des stages «Parachutisme et Handicap» à l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03) afin de mettre en lumière l’accessibilité de cette pratique. La Fédération a participé à la création d’un chariot ascensionnel qui offrira la possibilité de pouvoir aborder un futur de parachutiste autonome. En 2014, un championnat de France para handisport a vu le jour, initiative unique à l’échelle mondiale. Il s’est poursuivi et se déroule, depuis, en même temps que les championnats de France des personnes valides. En septembre 2016, à Lille, a eu lieu le premier challenge européen HandiFly initié par la Fédération Française de Parachutisme. Ce challenge avait réuni 13 pays et 36 compétiteurs. Définie comme une priorité pour la FFP, l’accessibilité du parachutisme pour tous était un axe de travail fondamental, et la fédération entendait contribuer à innover et perpétuer cette tradition française. En apportant une contribution majeure, en 2016, avec ce premier challenge handiparachutiste européen, la FFP a impulsé une dynamique internationale, y compris en poursuivant la recherche, tant sur le plan matériel que technique. En 2017, organisée par le Ministère des Sports et du Tourisme Biélorusse, une deuxième compétition a eu lieu à Minsk en Biélorussie. En juillet 2018, la troisième édition a lieu en Russie. Toujours dans ce cadre de développement de la pratique, la FFP a organisé en avril 2018, un entrainement pour les compétiteurs français HandiFly à l’école de parachutisme de Le Blanc (36).

LE VOL EN SOUFFLERIE

L’idée de pratiquer le vol en soufflerie fut mise en pratique la première fois par l’armée américaine en 1964. A l’origine, ces simulateurs de chute libre avaient été conçus pour effectuer des tests aérodynamiques. Deux souffleries sportives ouvrirent leurs portes en 1982 : la première à Las Vegas, dans le Nevada, et la deuxième à Pigeon Forge, Tennessee. Le terme «soufflerie» désigne un simulateur de chute libre. Le principe est de générer de l’air grâce à de gros ventilateurs motorisés, disposés en cercle en sous-sol. L’air est propulsé dans une chambre de compression et injecté dans une «veine d’air» appelée «espace de vol». La soufflerie verticale permet de faire voler des personnes à quelques décimètres du sol en toute sécurité. Des variateurs de vitesse permettent d’adapter la vitesse du vent pouvant aller jusqu’à presque 300 km/h. Cette technologie est simple, sûre et efficace. Cet air reproduit exactement les sensations de la chute libre d’avion. Les parachutistes appellent la soufflerie le «tunnel». Pour rentrer dans la chambre de vol, il faut se présenter à la porte et s’allonger sur l’air jusqu’à se sentir porté. La soufflerie offre de nombreux avantages, et notamment, l’absence de contraintes météorologiques, il n’y a pas d’appréhension du vide et donc pas de sensation de vertige et pas de «saut dans le vide» parfois très difficile à franchir, comme lors d’un saut d’avion. Pour pouvoir voler, il y a tout de même quelques consignes à respecter : avoir au minimum 5 ans, ne pas être enceinte de plus de trois mois et être en possession d’un certificat médical pour les plus de 60 ans. En matière de parachutisme sportif, la soufflerie apporte de nouvelles solutions d’entrainement pour les disciplines en chute (Vol Relatif, Vol Relatif Vertical, Freestyle et Freefly). Le sport en soufflerie peut se pratiquer individuellement ou par équipe. Des compétitions nationales telles que le championnat de France et une coupe de France, sont organisées chaque année. Depuis 2014, il existe également des compétitions internationales organisées par la FFP. En 2015, ont eu lieu les premiers championnats du monde. Le simulateur de chute libre est aussi un véritable outil pédagogique pour les parachutistes qui veulent se perfectionner dans tous les domaines en effectuant des séances intensives.

La soufflerie, axe de développement stratégique pour la FFP
Le vol en soufflerie est apparu en France, en 2003, avec l’ouverture de structures privées spécifiques. La Fédération Française de Parachutisme place, plus que jamais, le vol en soufflerie comme une discipline à part entière. Elle permet un accès, à partir de 5 ans, à la pratique du vol en simulateur. Le saut d’avion représente le parachutisme, la soufflerie, la simulation de la chute libre. Intégrée en milieu urbain, économique, accessible à un large public, facilement visible grâce aux parois vitrées, la soufflerie offre une palette d’avantages.

2019, le championnat du monde de vol en soufflerie en France Fin janvier 2018,
la FFP apprenait que la France obtenait l’organisation du prochain championnat du monde de vol en soufflerie, face à l’Allemagne et à la Belgique. Cette troisième édition aura lieu du 16 au 20 avril 2019 à la soufflerie Weembi, à Lille-Lesquin, retenue pour mettre en œuvre cet évènement majeur. C’est donc un changement important dans le planning d’entrainement des équipes de France puisque, à la demande des autres pays, la date du championnat a été avancée de six mois. De ce fait, après la coupe du monde au Bahreïn en octobre 2018, il ne restera que quelques mois aux équipes pour se préparer. La coupe du monde est donc une étape intermédiaire avant ce championnat pour envisager un collectif complet.

LES DISCIPLINES DU VOL EN SOUFFLERIE

VOL RELATIF À 4 ET À 8

En Vol Relatif à 4 et à 8, chaque équipe de quatre ou huit parachutistes doit réaliser, un maximum de fois, une séquence de 5 ou 6 formations différentes, en position horizontale dite «à plat». Le temps de travail, pour réaliser ces figures, est de 35 secondes pour les équipes à quatre, et de 50 secondes pour les équipes à huit. Le but de l’épreuve consiste, pour l’équipe, à réaliser le plus grand nombre possible de formations pendant le temps de travail.

VOL RELATIF VERTICAL

Le Vol Relatif Vertical (VRV) est pratiqué à 4. C’est une discipline très spectaculaire. Les équipes doivent réaliser un maximum de figures dans des orientations tête en haut et tête en bas, en un temps donné de 35″. Le VRV est la quintessence du vol en équipe et les figures doivent être réalisées à des vitesses approchant les 280km/H dans un plan vertical. Il demande une coordination exceptionnelle et un engagement physique très intense.

DYNAMIC 2 ET 4 WAY

Le Vol dynamique à 2 ou à 4 se caractérise par des équipes de deux parachutistes, s’affrontant lors de duels artistiques et de vitesse. Au cours de ces confrontations, ils doivent réaliser des chorégraphies en perpétuel mouvement, dans l’espace en trois dimensions de la veine. Les positions de vol sont multiples. Qu’ils soient debout, allongés, tête en bas ou sur le dos, les compétiteurs se déplacent en permanence, avec une grande aisance. Lors des manches de vitesse, des pénalités sont données par les juges si les trajectoires ne sont pas précises. L’équipe qui présente les figures, réalisées en un minimum de temps, remporte le duel. Dans les manches artistiques, la chorégraphie est complètement imaginée par l’équipe. Elle est notée en fonction de différents critères : technique, synchronisation, fluidité,… La durée des manches artistiques en D2W est de 60 secondes. La catégorie beginner (débutant) est dotée d’un règlement simplifié, uniquement avec des manches imposées. Les figures sont plus simples et moins nombreuses. Le championnat de France 2017, à Weembi, a été la première compétition indoor pour cette catégorie.

FREESTYLE

La participation en freestyle Open est individuelle. Le compétiteur se présente sur des manches de figures imposées et des manches libres. Les figures imposées sont souvent gymniques, avec la réalisation de plusieurs loops arrière, par exemple. Les manches libres sont, quant à elles, imaginées par le compétiteur et peuvent se présenter avec un fond musical. La chorégraphie de l’athlète (1min) est alors synchronisée avec la musique, ce qui donne l’impression d’une véritable danse aérienne. Les notes de chaque manche sont additionnées pour déterminer le vainqueur de la compétition Freestyle.

LES ÉQUIPES DE FRANCE DE PARACHUTISME EN 2018

VOILE CONTACT À 2

ENTRAINEUR NATIONAL : Jean-Michel POULET – École de Parachutisme Besançon Franche- Comté (25)

Équipe France A – Séquence à 2 Alexandra PETITJEAN – Para-club de Paris (75), Guillaume DUBOIS, David HUET (vidéoman) – École de Parachutisme Besançon Franche-Comté (25), Rodolphe POURCELOT (remplaçant)- École de Parachutisme Besançon Franche-Comté (25.
Équipe France B – Séquence à 2 Magali BELGODERE, École de Parachutisme Besançon Franche-Comté (25), Benoît BAECKEROOT – Para Club de l’Indre (36), Adrien MERLEN (vidéoman et remplaçant)- Para Club Sportif de Bitche (57).

VOL RELATIF À 4

ENTRAINEUR NATIONAL : Mathieu BERNIER – Armor Parachutisme (22)

Équipe France A – FémininClémentine LE BOHEC – Amor Parachutisme (22), Pamela LISSAJOUX – C.e.r.p.s Maine et Val de Loire (49), Sophia PECOUT, Christine MALNIS – Cercle Parachutiste de Nice (06), Michel LAYNAUD (Vidéoman) – Parachute Club d’Annecy (74).
Équipe France A – OpenCharles ROMMEL – Para Groupe Jean Bart de Dunkerque (59), Kévin MANSION, Damien GOURIOU – Amor Parachutisme (22), Laurence FUGEN – Cercle Parachutiste de Nice (06), David RICARD (Vidéoman) – Ecole des Troupes Aéroportées (64).

DISCIPLINES ARTISTIQUES

ENTRAINEUR NATIONAL : Sébastien CHAMBET – Armor Parachutisme (22).

Freefly – Équipe France 1 Gregory CROZIER, Karine JOLY – Cercle Parachutiste de Nice (06), Baptiste WELSCH (Vidéoman) – Armor Parachutisme (22).
Freefly – Équipe France 2 – Vincent COTTE – École de Parachutisme de Lyon-Corbas (69), Yohann ABY – Armor Parachutisme (22), Jean-Marie GARES – Ecole Française de Parachutisme LilleBondues (59).
Free Style – Équipe France 1 Loïc PERROUIN, Pierre RABUEL – C.p.s. d’Ille-et-Vilaine (35).

PILOTAGE SOUS VOILE

ENTRAINEUR NATIONAL : Philippe SCHORNO – France Parachutisme (05).

Éric PHILIPPE – Cerps de Tallard (05), Cédric VEIGA RIOS, Nicolas COADIC – Armor Parachutisme (22), Kevin TECHER – P.c. de Bourbon/c.e.p. de la Réunion (97).

 

PRÉCISION D’ATTERRISSAGE/VOLTIGE

ENTRAINEUR NATIONAL : Jacques BAAL – Parachute Club d’Aix (13).

France A -Femme Déborah FERRAND Parachutisme Tarbes Bigorre (65), Stéphanie TEXIER – Cerps De Tallard (05), Marie MONATE – Armor Parachutisme (22), Léocadie OLLIVIER DE PURY – Parachute Club D’Aix (13), Adeline DELECROIX – Para Club De Péronne (80).
France A -HommeMohamed MOUJID, Olivier MENANTEAU – Ecole des Troupes Aéroportées (64), Thomas JEANNEROT– Centre Ecole Régional de Parachutisme Alsace (67), Mathieu GUINDE – Parachute Club d’Aix (13), François BARRIOT – Parachutisme Tarbes Bigorre (65).
Juniors Homme Pierre ASTEIX – Groupement Initiation Parachutisme Sport (95), Sylvain FERRONI – Parachutisme Tarbes Bigorre (65).

LES ÉQUIPES DE FRANCE DE VOL EN SOUFFLERIE EN 2018

VOL RELATIF

ENTRAINEUR NATIONAL : Mathieu BERNIER – Armor Parachutisme (22)

Équipe France AFéminin   Clémentine LE BOHEC – Amor Parachutisme (22), Pamela LISSAJOUX – C.e.r.p.s Maine et Val de Loire (49), Sophia PECOUT, Christine MALNIS – Cercle Parachutiste de Nice (06).
Équipe France AOpenCharles ROMMEL – Para Groupe Jean Bart de Dunkerque (59), Kévin MANSION,  Damien GOURIOU  – Amor Parachutisme (22), Laurence FUGEN– Cercle Parachutiste de Nice (06).

VOL DYNAMIC À 2 ET 4

ENTRAINEUR NATIONAL : Sébastien CHAMBET – Armor Parachutisme (22).

Dynamic 2 Way
Equipe 1 : Léonard BLANCHON, Clément DUCLOUX – Cerps de Tallard (05).
Equipe 2 : Matéo LIMNAIOS, Eliot POTHET – Sarl Espace Chute Libre (33).
Dynamic 4 WayLéonard BLANCHON, Clément DUCLOUX – Cerps de Tallard (05), Matéo LIMNAIOS, Eliot POTHET – Sarl Espace Chute Libre (33).

FREE STYLE

Freestyle JuniorMateo LIMNAOS – Sarl Espace Chute Libre (33).

 

 

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE PARACHUTISME
62 rue de Fécamp – 75012 Paris Tél : 01 53 46 68 68
www.ffp.asso.fr

CONTACT PRESSE : Marie-Luce Bozom – 06 15 15 63 20 – phoebus-communication@orange.fr

Avec le soutien de : France Bleu Pays d’Auvergne

Télécharger (PDF, 2.02MB)

 

derniers articles