Fédération Française de Parachutisme » 219 – Com.presse : Championnat de France Indoor : les résultats

FFP

62 rue de Fecamp, 75012 Paris
Tel 01 53 46 68 68 - Fax 01 53 46 68 70
ffp@ffp.asso.fr

219 – Com.presse : Championnat de France Indoor : les résultats

26 mars 2017 - Championnats de France   
 Lors des 11es championnats de France indoor 2017 organisés sous l’égide de la Fédération Française de Parachutisme, 67 équipes et 252 compétiteurs se sont mesurés dans le tunnel de Weembi, à Lesquin (59) en Vol Relatif à 4, en Vol Relatif à 8 et pour la première fois en Dynamic 2-way et en FreeStyle.
 
Les résultats des Championnats de France indoor 2017 par disciplines :
VOL RELATIF A 4 – Nationale 1
– Champion de France : Weembi Lille (Julien DEGEN, Roy JANSSEN, Guillaume BERNIER, Mathieu BERNIER) : 300 points (moyenne : 30)
– Deuxième : Weembi France Filles (Christine MALNIS, Sophia PECOUT, Paméla LISSAJOUX, Clémentine LE BOHEC) : 283 points (moyenne : 28,3)
-Troisième : RealFly Sion (Damien GOURIOU, Laurence HERVE, Charles ROMMEL, Kévin MANSION) : 274 points (moyenne : 27,4)
VOL RELATIF A 4 – Nationale 2
– Champion de France : Aérokart Akdemie 2 (Tom MATTONI, Cameron MALIE, Elliot MASSIER, Oscar MASSIER) : 225 points (moyenne : 22,50)
– Deuxième : Aérokart Akdemie 1 (Camille PAILLARD, Astryd CASIMIR, Nicolas MARY, Kylian FORSANS) : 223 points (moyenne : 22,30)
– Troisième : Efmp Féminines (Stéphanie TEXIER, Déborah FERRAND, Léocadie OLLIVIER DE PURY, Marie MONATE) : 186 points (moyenne : 18,60)
VOL RELATIF A 8
– Champion de France : Weembi Girls (Sophia PECOUT, Lise LEDUC, Amandine HERREMANS, Sylvie NORMAND, Christine MALNIS, Gaëlle GIESEN, Noémie LAGO, Veronique STEPHAN) : 143 points (moyenne : 23,83)
– Deuxième : Ibmeews Weembi (Julien DEGEN, Guillaume BERNIER, Samir NASSER EDDINE, Quentin BEUN, Cyril LAVOCAT DUBUIS, Fabien ROLLAND, Arnaud SALAÉN, Laurant NITTIS) : 122 points (moyenne : 20,33)
– Troisième : SHAMALAIRLOUCHE Clermont (Emmanuel SARRAZIN, Myriam MAJDOUB, Céline GUNTZ, Patricia CACHEUX, Mathieu CAVALLIN, Karine JOUSSEMET, Michel ALMA, Fabrice BLOIN, Cyril COLLIOU) : 109 points (moyenne : 18,17)
FREE STYLE
– Champion de France : Mateo LIMNAIOS : 53,30 points
– Deuxième : Kathya TOUSSAINT : 48,30 points
– Troisième : Emeline MARTINEAU : 30,90 points
DYNAMIC2 WAY
– Champion de France : BRO Aerogravity (Clément DUCLOUX, Leonard BLANCHON)
– Deuxième : Elle & lui (Alexandre GILLARD, Aude DEMENY)
– Troisième : EOS Windoor (Thierry BOITIEUX, Matéo Limnaios)
DYNAMIC2 WAY BEGINNER
– Champion de France : AKroStihl (Mathieu CANNESSON, Anne Laure CHRETIEN)
– Deuxième : The FlyingGinette (Wilson BJ̦RKLUND, Ines BJ̦RKLUND, Guillaume BJ̦RKLUND)
– Troisième : Air 2D2W (Jim GARES, Quentin COCQUIO)
Première analyse de ces championnats de France indoor par Jean-Michel Poulet, Directeur Technique de la Fédération Française de Parachutisme
« Ce championnat à Weembi est une première étape parmi d’autres, comme Bedfort (Royaume-Uni) et Voss (Norvège), qui permettra à la Direction Technique de travailler sur la constitution d’équipes de France pour les championnats du monde indoor à Laval (Canada).
En Vol Relatif à 4 Open, il y avait une belle rivalité entre les équipes de Weembi Lille (Julien DEGEN, Roy JANSSEN, Guillaume BERNIER et Mathieu BERNIER) et RealFly Sion (Damien GOURIOU, Laurence HERVE, Charles ROMMEL, Kévin MANSION). Weembi Lille, équipe composée de compétiteurs chevronnés, est spécialisée en soufflerie, ce qui lui donne un avantage certain. Même s’il est difficile de se positionner sur les deux disciplines, soufflerie et sauts d’avion, les belges d’HayaBusa (David GRAUWELS, Dennis PRAET, Jeroen NOLLET, Andy GRAUWELS) démontrent, pourtant, que c’est possible, en dominant les deux disciplines depuis plusieurs années. Ils témoignent aussi que l’entraînement en soufflerie, où l’on peut démultiplier les temps de vol, est indispensable au haut niveau en saut d’avion. Il est en effet possible, sur trois jours, de réaliser environ 3 heures de vols en soufflerie (240 vols), alors qu’on ne peut réaliser qu’une trentaine de sauts d’avion, avec un temps de chute de 50 secondes et à condition que la météorologie soit favorable. L’outil “soufflerie” ne peut donc plus être occulté et a permis une augmentation de performance de 30 % sur ces dernières années.
En Vol Relatif à 4 féminin, les filles de l’équipe de France ont atteint un très haut niveau qui leur permet de rivaliser, sur certaines manches, avec l’équipe de Belgique, Hayabusa. Il leur faut maintenant acquérir le mental et les qualités de régularité pour maintenir cette intensité nécessaire à la réalisation de très hautes performances. Cette équipe de France n’a pas de rivale au niveau national et sera, même, favorite, aux championnats d’Europe et Coupe du monde, à Saarlouis, en sauts d’avion ; voire, à Laval (Canada), en soufflerie, même si de nouvelles équipes peuvent rapidement apparaître grâce à l’intensité de travail possible en tunnel.
La compétition VR4 N2 doit permettre de dégager une équipe junior leader. Sur ce championnat, il y a eu un vrai combat entre les deux meilleures équipes Aérokart Akdemie. Présenter une équipe junior aux Championnats du monde en soufflerie est un véritable objectif pour la Fédération Française de Parachutisme. Pour ces jeunes, si dans l’avenir ils ont la volonté de passer au saut d’avion, la Fédération sera à leurs côtés. Ils pourront éventuellement, ensuite, servir de base à la construction des futures équipes de France, que ce soit en tunnel ou en sauts d’avion.
En Free Style, comme pour le Vol Relatif, ces championnats de France ne sont qu’une étape pour définir les éventuels représentants de la France, que ce soit en senior ou en junior. Ces 11es championnats ont montré qu’il y a un réel potentiel chez les jeunes, vu les notes obtenues.
En Dynamic2way, l’équipe BRO Aerogravity (Clément DUCLOUX, Leonard BLANCHON), deuxième aux championnats du monde 2016, est la plus titrée et semble logiquement favorite pour représenter la France. La France a la possibilité de présenter deux équipes. Soit il y a une autre équipe qui se dégage avec une possibilité de résultats, voire de podium, soit la préparation de l’avenir avec un projet à long terme ou bien, encore, pas de deuxième équipe.
En Vol Relatif à 8, 12 équipes se sont engagées sur ces championnats. La soufflerie est peut-être la solution pour maintenir cette discipline. Il n’y a pas d’enjeux de sélection car le VR8 ne sera pas présent à Laval, la veine étant trop petite.
Globalement, j’ai noté une augmentation du niveau général par rapport à 2016. On peut certainement l’attribuer à la possibilité de multiplier les heures d’entraînement en soufflerie, mais aussi, probablement, à la multiplication des simulateurs de chute libre. La progression est beaucoup plus rapide en soufflerie qu’en saut d’avion comme en attestent les résultats des équipes internationales qui l’ont intégré dans leurs préparations depuis plusieurs années.
Le vol en soufflerie ouvre de multiples perspectives, que ce soit pour les jeunes mais, aussi, les seniors. S’il est très compliqué de débuter le parachutisme en chute libre d’avion après 50 ans, cela est tout à fait réalisable en soufflerie. De plus, il est facile d’y prendre rapidement du plaisir grâce à cette progression rapide. Cette universalité ouvre l’opportunité que le vol en soufflerie devienne une discipline olympique. C’est à cette tâche de reconnaissance olympique que va s’atteler le nouveau Bureau de la FFP, sous la houlette de son président, David Roth, et en parfaite collaboration avec la DTN. En espérant, bien évidemment, avoir le soutien mondial du parachutisme ».
Contact Presse : Phoebus Communication- Marie Galvaing Tel. : 06 81 62 51 26/ 04 73 263 263 E-mail : phoebus-communication@orange.fr